Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de myryam MAGHNIA
  • : blog MAGHNIA histoire photos actualités BD,mémoires, souvenirs ,pensées, réflexions poésie
  • Contact

Recherche

Catégories

Http://www.elkhabar.com/accuei

19 juin 2008 4 19 /06 /juin /2008 18:24

Bonjour à tous, Pour reprendre contact, je vous envoie quelques petites lignes qui vous rappelleront certainement quelque chose. Recevez mes amitiés oranaises. - mardi 26 septembre 2006 16:55 - J. PERPIGNAN - EMail: perpidoran@neuf.fr

RIVAGE D'ORANIE

Assis sur un rocher j'écoute bien souvent
L'enivrante chanson de la Mer et du vent.
La mer est à mes pieds, si bleue, belle et immense
Qu'elle me fait rêver : je la regarde et pense.
Elle étanche ma peine en douceur et sans peine
Quand parfois j'épanche ma douleur et l'entraîne !
Un vague murmure venant des vagues, oh!
Infini et vivant petit clapotis d'eau.
Monotone et prenant est son refrain qui traîne,
C'est la douce chanson d'invisibles sirènes.
Mais je regarde au sud, au-dessus de l'écume,
Une terre là-bas, apparaît dans la brume.
Cette mer caressant la côte d'Algérie
Vient rouler les galets de mon pays chéri.
C'est ma terre natale et c'était ma patrie :
Pour elle je n'avais que de l'idolâtrie !
C'est mon " Île " perdue, loin de moi, éthérée,
Ne sachant toujours pas si je la reverrai.
J'ai tout laissé là-bas, mes plus belles années
De l'autre côté de la Méditerranée !
Malgré qu'il m'ait trahi, malgré qu'il m'ait banni,
Je n'oublierai jamais mon pays d'Oranie.
Je n'oublierai jamais cette ville d'ORAN
Pour tous mes souvenirs, un hommage lui rends.
Je n'oublierai jamais son merveilleux rivage
Que j'ai souvent longé, à pieds ou à la nage :
De la 'Pointe d'Aiguille' aux criques de 'kristel',
Des genets du 'Cap Roux' au plat de 'Canastel' ;
Des Falaises d'Oran aux mains de 'Notre Dame'
Protégeant le 'Vieux Port' où j'ai fait de la rame ;
Du haut de 'Santa Cruz' au 'Rocher de la Vieille'
Où le paysage est une pure merveille ;
Du sable de 'Trouville' humecté par la mer
Où le soleil et l'eau se mariaient à la terre ;
Des plages 'd'Aïn el Turc', au bout du 'Cap Falcon',
De ses sables dorés frôlés de mon balcon ;
De ses fenouils de sable aux asperges du Phare
Qu'un jour m'y promenant, j'ai trouvées par hasard !
Et puis 'les Corales', aussi 'les Andalouses',
Et toi belle 'Île plane' que la mer épouse !
Et vous 'Les Habibas' en face du 'Cap blanc',
Vous reverrai-je un jour et pour tout dire : quand ?
Alors ces souvenirs qui viennent m'assaillir
Me font tergiverser : l'aimer ou la haïr ?
Car ayant tout perdu, de tout mon paradis,
Il ne me reste plus que son nom : ORANIE !
Partager cet article
Repost0

commentaires