Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de myryam MAGHNIA
  • : blog MAGHNIA histoire photos actualités BD,mémoires, souvenirs ,pensées, réflexions poésie
  • Contact

Recherche

Catégories

Http://www.elkhabar.com/accuei

3 avril 2016 7 03 /04 /avril /2016 02:49
Mohamed khémistiMohamed khémisti

Mohamed khémisti

Mohammed Khémisti, né le 11 août 1930 à Maghnia, wilaya de Tlemcen, est un homme politique algérien. Ministre des affaires étrangères du premier gouvernement algérien, il meurt, assassiné, le 5 mai 1963

 

Entretien avec Hassiba Benyelles sur l’assassinat de Khemisti Quarante ans après l'attentat qui a coûté la vie à Mohamed Khemisti, ministre des Affaires étrangères, Mme Hassiba Benyelles a décidé d'apporter son témoignage au sujet de cet acte qui a endeuillé l'Algérie dans sa première année d'indépendance. Alors épouse de Chérif Zenadi, elle a été mêlée de très près à cette affaire puisque le meurtrier, Mohamed Zenadi, qui était le cousin de son époux, avait subtilisé son arme pour tuer Khemisti. Son témoignage fait suite aux propos du président Ahmed Ben Bella, qui affirmait dernièrement à la chaîne de télévision Al Jazeera que Mohamed Khemisti avait été tué par l'ancien fiancé de sa femme Fatima Khemisti. Madame Benyelles est catégorique : Ahmed Ben Bella était tenu au courant du déroulement de l'enquête par l'intermédiaire de M. Yousfi, son secrétaire particulier.

Le Soir d'Algérie : Madame Benyelles, pouvez-vous revenir sur les évènements de cette journée du 11 avril 1963 ?

Mme Hassiba Benyelles : Oui, bien sûr. A l'époque, nous habitions dans un appartement sis au 94 avenue Georges-Clemenceau (avenue Ali-Khodja) à El Biar. Ce jour-là, j'étais très malade, mes enfants étaient au cinéma avec leur oncle paternel. Aux environs de 15 heures, on a frappé à la porte. Vu mon état, je n'ai pas voulu ouvrir. Mais on a insisté, alors j'ai ouvert et je me suis retrouvée devant trois inconnus. Ils m'ont demandé si c'était le domicile des Zenadi, j'ai répondu que oui. Lorsque j'ai voulu me renseigner sur l'objet de leur visite, ils m'ont dit que c'était un recensement général de la population. Je suppose qu'ils ont dit cela car je paraissais très malade. Je les ai fait entrer, puis ils ont commencé à me questionner sur les personnes qui habitaient chez nous. Je leur ai dit qu'il y avait, en plus de mon époux et mes enfants, mes beaux-frères, leurs cousins ...

Et parmi eux Mohamed Zenadi ...

Oui, Mohamed logeait chez nous depuis quelque temps. D'ailleurs, ces personnes n'ont pas arrêté de me questionner à son sujet. Puis elles se sont mises à fouiller partout dans la maison ; je dois dire que je n'ai pas réagi, je devais avoir 7 de tension. A un moment, un des hommes a découvert un mégot dans un cendrier. Ils m'ont demandé qui fumait cette marque de cigarettes, j'ai répondu : Mohamed. Je me suis rendu compte que ces trois individus menaient d'une façon étrange leur recensement. Je leur ai demandé pour quel service ils travaillaient, ils m'ont dit qu'ils étaient de la police. Subitement, je me suis rappelée mon arme, un pistolet automatique de calibre 7,65 que m'avait offert Abdallah Belhouchet, mon commandant de wilaya. " Puisque vous êtes de la police, je voudrais savoir comment obtenir un permis de port d'arme puisque nous ne sommes plus en guerre ", leur ai-je demandé. A ces mots, ils ont demandé à voir cette arme à feu. Je suis donc allée vers ma cachette, mais malheureusement je n'ai rien trouvé. En plus, il manquait des balles dans la boîte à cartouches. J'ai fouillé toute la maison, j'étais devenue folle. Saviez-vous à ce moment que Mohamed Khemisti avait été la cible d'un attentat et que le tireur était le cousin de votre époux ?
Non, pas du tout, je n'étais au courant de rien du tout. A ce moment, je ne pensais qu'à mon arme qui avait disparu. Je n'étais pas consciente, je ne me demandais même plus pourquoi ces personnes étaient là. Ils me demanderont alors ma profession, j'ai dit que je faisais un stage d'assistante dentaire à l'hôpital Mustapha-Pacha. Ils m'ont demandé de me changer car ils voulaient m'accompagner à Mustapha. J'ai refusé en disant que j'étais malade et que mes enfants allaient bientôt rentrer du cinéma et que je devais m'occuper d'eux. Mais devant leur insistance, je les ai suivis. Sur le pas de la porte, nous avons rencontré mon beau-frère Azzazi. En voyant ces individus, il a crié : " Où l'emmenez-vous ? Elle est malade ! ". Lui non plus n'était pas au courant de l'acte de Mohamed. Il sera embarqué avec moi.

Ces hommes ont-ils usé de violence contre vous ?

Pas du tout, ils étaient très corrects. Nous avons été séparés, Azzazi et moi, chacun de nous a été embarqué dans une voiture. Cependant, j'ai remarqué que l'on ne se dirigeait pas vers l'hôpital Mustapha. J'ai demandé pourquoi, un des policiers m'a répliqué : " Ne cherchez pas à comprendre ". Le cortège s'est finalement arrêté devant le commissariat du 4e arrondissement, près de l'Assemblée nationale. Mon beau-frère et moi avons été conduits dans une sorte de salle d'attente située au 10e étage de l'immeuble. On entendait des cris, mais on ne savait pas qui était dans la pièce d'à côté. Ensuite, nous avons été séparés pour être interrogés. Par moment, je me suis retrouvée entourée d'une dizaine d'inspecteurs. Ils voulaient surtout que je leur parle des gens qui venaient à la maison. Je répondais qu'il y avait des membres de la famille de mon mari, des amis révolutionnaires de l'ALN, notamment ceux ayant bénéficié d'une formation dans des pays comme l'Irak ou la Chine, du temps du GPRA. Nous recevions également des amis tels que le cinéaste René Vautier ainsi que des journalistes étrangers d'URSS, de Tunisie ou des Etats-Unis.

Mais vous ne saviez toujours pas pourquoi vous étiez dans les locaux de la police ; personne ne vous a prévenue de l'attentat contre Khemisti ?

Non, pas du tout. J'étais pratiquement inconsciente, les questions fusaient de partout. Ils voulaient tout savoir sur Chérif, mon époux, qui était à l'époque responsable du Croissant-Rouge, et également sur Mahmoud Guennez, qui était mon chef de zone au maquis. Les sujets de nos discussions à la maison, tout, ils voulaient tout savoir. J'ai répondu à toutes les questions, je leur disais que je ne faisais pas de politique. L'interrogatoire s'est poursuivi pendant toute l'après-midi et toute la nuit. J'ai perdu connaissance à plusieurs reprises, c'est un infirmier que j'ai connu au maquis, un certain Chérif, qui m'administrait des injections. J'étais très malade. Mais mon seul souci était mes deux enfants qui devaient être seuls. Dès que je reprenais connaissance, les questions reprenaient de plus belle. D'ailleurs, c'était le commissaire Ousmer qui dirigeait cette enquête ; lui et son équipe ont toujours été corrects avec moi. Mais ils étaient tellement nombreux que j'ai subi une véritable torture psychologique. Aux environs de 3 h du mâtin, alors que je reprenais conscience pour la énième fois, j'ai vu un des policiers lire le journal avec, en première page, la photo de Khemisti et ce titre " Le ministre des Affaires étrangères victime d'un attentat ". Je me suis levée et j'ai crié : " Qui a tué Khemisti ? ". J'étais toute retournée par cette nouvelle. Khemisti était la fierté de l'Algérie. A ce moment-là, Ousmer m'a dit : " Enfin, vous savez maintenant pourquoi vous êtes ici ".

Donc après 12 heures d'interrogatoire sur vous et votre entourage, vous veniez d'apprendre que vous étiez mêlée de très près à cet attentat, car l'auteur de cet acte avait utilisé votre arme. Mais concrètement, les policiers chargés de l'enquête croyaient véritablement à votre implication dans cette affaire ...

Oui, sûrement, puisqu'ils m'apprendront que Mohamed Zenadi avait avoué que j'étais sa complice ; pire, que je lui avais donné mon arme pour tuer Khemisti. J'ai eu l'impression que les cieux m'étaient tombés sur la tête. A ce moment-là, j'ai pensé à mes enfants et à mon passé révolutionnaire, ma vie était finie. Donc je me voyais condamnée à mort ou emprisonnée à perpétuité. Pour moi, ces évènements prenaient une autre tournure. L'interrogatoire reprit de nouveau. En fait, ils voulaient savoir si c'était un assassinat politique, d'où ces questions sur les personnes que nous recevions à la maison, et je dois dire que tout était contre moi. Il est certain que si c'était effectivement un acte politique, je ne serais certainement pas ici pour raconter ces faits.

Parlez-nous de Mohamed. Comment se comportait-il ? Est-ce qu'il était violent ? Laissait-il paraître un certain déséquilibre psychologique ?

Mohamed était une personne très calme, très timide. Il était journaliste au quotidien Le Peuple, il s'intéressait particulièrement aux couches déshéritées. Il se disait scandalisé par l'état de misère dans lequel la France avait laissé le pays. Pour lui, il y avait trop de pauvres. C'était un homme respectable. Les gens que nous recevions avaient tous participé à la guerre de Libération. Je crois que Mohamed voulait faire un acte qui puisse le faire entrer dans l'histoire.

Comment s'est déroulée la suite de votre détention puisqu'à ce moment-là, vous étiez suspectée d'assassinat ?

Eh bien, je suis restée trois jours dans les locaux de la police. Une nuit, ils m'ont appris que je devais être transférée dans un autre endroit. Je me souviens avoir vu Mohamed monter dans un camion de police, je suis montée dans une DS. Le commissaire Ousmer avait pris place près de moi et il a déposé un enregistreur sur mes genoux. D'ailleurs, cet appareil ne m'a pas quittée depuis le début de ma détention. Ousmer voulait me bander les yeux, j'ai refusé car cela me rappelait les pratiques de l'armée française. Finalement, il accepta de me couvrir la tête avec une veste. Juste avant, j'ai eu le temps de remarquer que tout le quartier était plongé dans le noir. A ce jour, je ne sais toujours pas où nous avons été conduits. Ma détention se poursuivit dans une sorte de grande villa avec des vitraux comme dans les églises. Là, c'était des gendarmes qui montaient la garde, ils étaient fortement armés. C'est dans ces lieux que je recevais la visite de M. Yousfi, le secrétaire particulier du président Ahmed Ben Bella. M. Yousfi était présent tous les jours, j'avais donc droit à un double interrogatoire avec celui du commissaire Ousmer.

Donc Ben Bella était mis au courant de l'évolution de l'enquête par l'intermédiaire de Yousfi, son secrétaire particulier ?

Sûrement, ce responsable était au courant de l'affaire. Et puis Ben Bella était bien notre Président à cette époque. Un jour, ils m'ont confrontée à Mohamed Zenadi. Il était dans une sorte de cachot dans les sous-sols, il avait été tabassé, horriblement torturé, son visage était méconnaissable. J'étais scandalisée de le voir dans un état pareil. Je lui ai demandé pourquoi il avait dit que j'étais derrière l'assassinat de Khemisti, il m'a répondu, difficilement : " Non ... Non ... C'est moi qui ai décidé de le tuer parce que tu l'admirais ... tout le monde l'admirait ". C'était la dernière fois que je le voyais vivant. Après treize jours de détention dans cette villa, Ousmer est venu me signifier ma libération, car rien n'avait été retenu contre moi. Sincèrement, j'ai refusé de sortir car je considérais que j'avais été salie par cette affaire. M. Ousmer m'a garanti que j'étais complètement disculpée. Ils m'ont raccompagnée chez moi dans une DS, comme si rien ne s'était passé.

LSA : C'était donc fini pour vous, mais est-ce que vous avez assisté aux audiences du procès de Mohamed Zenadi ?

Non. Au moment du procès, mon ex-époux était attaché d'ambassade en Allemagne. D'ailleurs, nous n'avons pas été contactés pour cela. La seule fois où on m'a rappelée pour cette affaire, c'était quelques jours après le 19 juin 1965. A l'époque, j'étais divorcée et mon ex-mari était encore en Allemagne. Deux policiers sont venus à la maison m'annoncer la mort de Mohamed. J'étais choquée d'apprendre son décès. Les policiers m'ont demandé de reconnaître le corps à la prison d'El Harrach. Mohamed avait des traces bleues au niveau du cou. On m'a dit qu'il s'était pendu dans les douches à l'aide d'une bande de gaze. J'ai prévenu sa famille le jour même et il a été inhumé le lendemain au cimetière d'El-Alia. Propos recueillis par Tarek Hafid Le Soir d’Algérie N3673 (lundi 23 décembre 2002)

Partager cet article
Repost0
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 21:23

excréments marrons : des selles saines doivent avoir une teinte marron claire, une forme allongée, une texture molle voire parfois craquelées. "C'est le résultat d'une alimentation saine riche en fibres. Cela réduit le risque de cancer colorectal", expliquent les chercheurs.

Des excréments durs ou trop liquides : des selles d'une texture trop liquide ou à l'inverse sous forme de petits cailloux très durs signifient souvent un changement d'alimentation trop riche. Cela devrait revenir à la normale au bout de quelques jours, en revanche si cela persiste plus de 3 semaines il faut consulter un médecin.

Des excréments noirs ou avec du sang : pour les experts des excréments noirs ou avec des traînées de sang noires doivent alerter. Cela peut signifier la présence de sang dans les intestins ce qui représente un signe fréquent de cancer colorectal. Il faut immédiatement en parler à son médecin et effectuer des tests de dépistage.

medisite.fr

 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2016 7 27 /03 /mars /2016 21:55
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Capt'ain Swing no1
Partager cet article
Repost0
11 mars 2016 5 11 /03 /mars /2016 20:03
Constipation : les aliments miracles
Constipation : les aliments miracles

La constipation, qu’elle soit passagère ou chronique, est toujours un symptôme désagréable, voire douloureux et gênant. Plutôt que d’ingérer des laxatifs dont les effets à long terme peuvent être contre-productifs, il est préférable d’opter pour une meilleure nutrition. Quels sont alors les aliments miracles pour prévenir ou lutter contre la constipation ?

 

Un remède miracle contre la constipation : l’eau !

En effet, un des meilleurs aliments pour éviter d’être constipé ou soulager une constipation passagère, c’est de boire davantage d’eau, tout simplement ! Il est ainsi recommandé aux adultes de boire environ 7 verres d’eau tous les jours, entre les repas. Choisissez une eau riche en magnésium (plus de 50 mg par litre), telle que l’Hépar, la Contrex, la Courmayeur ou encore, si vous préférez les eaux gazeuses, la Salvetat et la Quézac.

Du côté de la nutrition, quels aliments adopter pour lutter contre la constipation ?

La constipation est très souvent occasionnée par une alimentation carencée en fibres alimentaires. Or, pendant que nous digérons, les fibres se gorgent d’eau, ce qui favorise le transit intestinal. Donc pour lutter contre la constipation, privilégiez :

- les légumineuses (lentilles, pois chiches, fèves, haricots blancs),

- les légumes riches en fibres comme les épinards, le fenouil, le céleri, la betterave,

- les céréales complètes : optez pour du blé ou du riz complet, plutôt que pour leur version raffinée,

- les fruits secs, et notamment le pruneau qui, outre les fibres alimentaires qu’il offre naturellement, contient du sorbitol, un type de sucre qui améliore les contractions de l’intestin,

- les fruits frais, tels que les prunes, les framboises, les mûres, car ils libèrent de la pectine, une fibre qui a des effets bénéfiques sur le transit intestinal.

Les aliments miracles contre la constipation

Il existe deux aliments véritablement souverains pour lutter contre la constipation : les graines de lin, réputées pour leur effet laxatif, et le son d’avoine, très riche en fibres alimentaires. Vous pouvez ajouter ces deux aliments, qui se présentent sous forme de poudre, à vos compotes, salades sucrées et salées, yaourts.

Publié par La Rédaction Médisite le Lundi 30 Mars 2015 : 14h29

 
Partager cet article
Repost0
4 mars 2016 5 04 /03 /mars /2016 20:37

                              Peuple algérien, militants de la cause nationale

A vous qui êtes appelés à nous juger (le premier d’une façon
générale, les seconds tout particulièrement), notre souci en
diffusant la présente proclamation est de vous éclairer sur
les raisons profondes qui nous ont poussés à agir en vous
exposant notre programme, le sens de notre action, le bien-fondé de
nos vues dont le but demeure l’indépendance nationale dans le cadre
nord-africain. Notre désir aussi est de vous éviter la confusion que
pourraient entretenir l’impérialisme et ses agents administratifs et
autres politicailleurs véreux.
Nous considérons avant tout qu’après des décennies de lutte, le
mouvement national a atteint sa phase de réalisation. En effet, le but
d’un mouvement révolutionnaire étant de créer toutes les conditions
d’une action libératrice, nous estimons que, sous ses aspects internes,
le peuple est uni derrière le mot d’ordre d’indépendance et d’action et,
sous les aspects extérieurs, le climat de détente est favorable pour le
règlement des problèmes mineurs, dont le nôtre, avec surtout l’appui
diplomatique de nos frères arabo-musulmans. Les événements
du Maroc et de Tunisie sont à ce sujet significatif et marquent
profondément le processus de la lutte de libération de l’Afrique du
Nord. A noter dans ce domaine que nous avons depuis fort longtemps
été les précurseurs de l’unité dans l’action, malheureusement jamais
réalisée entre les trois pays.
Aujourd’hui, les uns et les autres sont engagés résolument dans cette
voie, et nous, relégués à l’arrière, nous subissons le sort de ceux qui
sont dépassés. C’est ainsi que notre mouvement national, terrassé par
des années d’immobilisme et de routine, mal orienté, privé du soutien
indispensable de l’opinion populaire, dépassé par les événements, se
désagrège progressivement à la grande satisfaction du colonialisme
qui croit avoir remporté la plus grande victoire de sa lutte contre l’avant-
garde algérienne.

L’heure est grave !
Devant cette situation qui risque de devenir irréparable, une équipe
de jeunes responsables et militants conscients, ralliant autour d’elle
la majorité des éléments encore sains et décidés, a jugé le moment
venu de sortir le mouvement national de l’impasse où l’ont acculé les
luttes de personnes et d’influence, pour le lancer aux côtés des frères
marocains et tunisiens dans la véritable lutte révolutionnaire.
Nous tenons à cet effet à préciser que nous sommes indépendants des
deux clans qui se disputent le pouvoir. Plaçant l’intérêt national au-
dessus de toutes les considérations mesquines et erronées de personnes
et prestige, conformément aux principes révolutionnaires, notre action
est dirigée uniquement contre le colonialisme, seul ennemi et aveugle,
qui s’est toujours refusé à accorder la moindre liberté par des moyens
de lutte pacifique.
Ce sont là, nous pensons, des raisons suffisantes qui font que notre
mouvement de rénovation se présente sous l’étiquette de Front de
libération nationale, se dégageant ainsi de toutes les compromissions
possibles et offrant la possibilité à tous les patriotes algériens de toutes
les couches sociales, de tous les partis et mouvements purement
algériens, de s’intégrer dans la lutte de libération sans aucune autre
considération.

Pour préciser, nous retraçons ci-après, les grandes lignes de notre
programme politique :
But : l’Indépendance nationale par :
1-La restauration de l’Etat algérien souverain, démocratique et social
dans le cadre des principes islamiques.
2Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de
.races et de confessions.

Objectifs intérieurs
1-Assainissement politique par la remise du mouvement national
révolutionnaire dans sa véritable voie et par l’anéantissement de
tous les vestiges de corruption et de réformisme, cause de notre
régression actuelle.
2-Rassemblement et organisation de toutes les énergies saines du
peuple algérien pour la liquidation du système colonial.
Objectifs extérieurs
•Internationalisation du problème algérien.
•Réalisation de l’Unité nord-africaine dans le cadre naturel arabo-
musulman.
•Dans le cadre de la charte des Nations unies, affirmation de notre
sympathie à l’égard de toutes nations qui appuieraient notre action
libératrice.
Moyens de lutte
Conformément aux principes révolutionnaires et compte tenu des
situations intérieure et extérieure, la continuation de la lutte par tous
les moyens jusqu’à la réalisation de notre but.
Pour parvenir à ces fins, le Front de libération nationale aura deux
tâches essentielles à mener de front et simultanément : une action
intérieure tant sur le plan politique que sur le plan de l’action propre,
et une action extérieure en vue de faire du problème algérien une
réalité pour le monde entier avec l’appui de tous nos alliés naturels.
C’est là une tâche écrasante qui nécessite la mobilisation de toutes
les énergies et toutes les ressources nationales. Il est vrai, la lutte sera
longue mais l’issue est certaine.
En dernier lieu, afin d’éviter les fausses interprétations et les faux-
fuyants, pour prouver notre désir de paix, limiter les pertes en vies
humaines et les effusions de sang, nous avançons une plate-forme
honorable de discussion aux autorités françaises si ces dernières sont
animées de bonne foi et reconnaissent une fois pour toutes aux peuples
qu’elles subjuguent le droit de disposer d’eux-mêmes.

1-La reconnaissance de la nationalité algérienne par une déclaration
officielle abrogeant les édits, décrets et lois faisant de l’Algérie une
terre française en déni de l’histoire, de la géographie, de la langue,
de la religion et des mœurs du peuple algérien.
2- l’ouverture des négociations avec les porte-parole autorisés du
peuple algérien sur les bases de la reconnaissance de la souveraineté
algérienne, une et indivisible.
3-La création d’un climat de confiance par la libération de tous les
détenus politiques, la levée de toutes les mesures d’exception et
l’arrêt de toute poursuite contre les forces combattantes.

En contrepartie

1-Les intérêts français, culturels et économiques, honnêtement acquis,
seront respectés ainsi que les personnes et les familles.
2-Tous les Français désirant rester en Algérie auront le choix entre leur
nationalité et seront de ce fait considérés comme étrangers vis-à-vis
des lois en vigueur ou opteront pour la nationalité algérienne et,
dans ce cas, seront considérés comme tels en droits et en devoirs.
3-Les liens entre la France et l’Algérie seront définis et feront l’objet
d’un accord entre les deux puissances sur la base de l’égalité et du
respect de chacun.
Algérien ! Nous t’invitons à méditer notre charte ci-dessus. Ton devoir
est de t’y associer pour sauver notre pays et lui rendre sa liberté ; le
Front de libération nationale est ton front, sa victoire est la tienne.
Quant à nous, résolus à poursuivre la lutte, sûrs de tes sentiments anti-
impérialistes, nous donnons le meilleur de nous-mêmes à la patrie.

1er Novembre 1954 Le Secrétariat national

Partager cet article
Repost0
26 février 2016 5 26 /02 /février /2016 22:57
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
B.D Blek le roc no2
Partager cet article
Repost0
25 février 2016 4 25 /02 /février /2016 00:02
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
BD:Blek le roc no1
Partager cet article
Repost0
9 février 2016 2 09 /02 /février /2016 20:53
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides
la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les  vieilles   maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais  inélégantes et froides

la vielle ville maghnia change comme toures les villes d'algerie les vieilles maisons charmantes et poétiques tombent ,s'erigeront alors à leur place de grandes habitations et des surfaces commerciales non laides mais inélégantes et froides

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 03:50

BENBELLA
KHEMISTI
BENSALAH
BENHMED
BELMIR
BENSAID
FERKALA
MAHCER
BELLAHCEN
BELLAREDJ
ABDELMALEK
BOUAZZA
BOUZAR
BENAZZOUZ
DARI
DJEMAI
SALEM
NOUALI
BELDJILLALI
DIB
HARRAR
MATAHRI
MILOUDI
GHOUMARI
DEGUI
ABED
BENSAOULA
BOUDJELTIA
LAHRECHE
GUENNOUN
BRIK
CHEIKH
BENTENNAH
SERRADJI
BELARIBI
LOUALA
HOUARI
BRIXI
OURAOU
IRID
BOUHENNA
BELLIFA
TALEB
NEDROMI
CHERRADI
BOUZIANE
MEFTAH
BENSEDDIK
BELHADRI
LAHNECHE
SUIKI
ZAR
BOUARFA
ATIA
TERBECHE
KADRI
MAZARI
HADDAM
BAGHDADI
BENABDELKADER
BERRANDOU
LOUKILI
ZEHZOUH
MANSOURI
ZITOUNI
SAIDI
SAYAH
BENSOLTANE
MALKI
CHERRAK
SEKKAK
BOUSEKKINE
GHALMI
REBBAHI
GUENNAD
EMBAREK
ACIMI
HOUARI
REKKAB
HADRI
OUASSAH
DEBOUZA
FELLAH
CHAIBA
GRINE

MESBAH

FASLA

ADDANI
FEOUAH
BRIXI
SADJELMACI
MALAMANE
BENCHENAA
KAMELI CHERIF
OURAOU
KADI

BRAIK

BOUTCHICH

MEDAFAI
ETTAHAR

BOUBAKAR

SENHADJI
BELBACHIR
SALHI
GORMAT
BENHEDDI
KAHLOUN
SAIDI
ZERROUKI
KATLIOUI
GUEZZAR
BENDRAOU

DELHOUM

BRIKI

GLIA

LAOUEDJ

BEDAOUD
AYAD

OUASTI

NEBATI

SAYAH

BENRAHAL

DJAZIRI

MEDJNOUN

LAAROUSSI

MEKAHLI

KEBAILI

BENABED

HANIFI

ABED

BENDRA

BOUDJELTIA

BENGUELLA

DJEDDID

LOUKILI

HARRACHE

ZIANI

SEMMOUHI

MEHYAOUI

SOUFI

SEFRAOUI

YEDDOU

ZNASNI

NEDROMI

BOUCHENTOUF







Partager cet article
Repost0
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 23:04
rajeunir votre cerveau

Les enfants ne l'aiment pas, mais les seniors devraient en raffoler. Selon une étude de la Rush university de Chicago (Etats-Unis), repérée par The Telegraph mardi 31 mars, manger des épinards, du chou frisé (ou tout autre légume vert feuillu) permet de ralentir sensiblement le déclin mental du cerveau et de gagner onze années.

Protection du cerveau contre la maladie d'Alzheimer

Pour cela, il faut, selon cette étude, manger des épinards une à deux fois par jour. Pour la directrice de ces recherches, citée par The Telegraph, cette découverte pourrait aider ceux qui craignent d'être un jour frappés par la maladie d'Alzheimer : "Perdre sa mémoire ou des capacités cognitives est l'une des plus grandes craintes pour les personnes à mesure qu'ils vieillissent (...). L'augmentation de la consommation de légumes verts pourraient offrir un moyen très simple, abordable et non-invasif de protéger votre cerveau de la maladie d'Alzheimer et la démence".

Pour obtenir ces résultats, l'étude s'est concentrée sur 950 personnes ayant une moyenne d'âge de 81 ans. Elles ont participé au total à 19 essais pour analyser leurs fonctions mentales.

Partager cet article
Repost0