Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de myryam MAGHNIA
  • : blog MAGHNIA histoire photos actualités BD,mémoires, souvenirs ,pensées, réflexions poésie
  • Contact

Recherche

Catégories

Http://www.elkhabar.com/accuei

16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 18:19

Des chercheurs de l’Universite de Sao Paulo (USP) sont parvenus a developper le premier vaccin bresilien pour le traitement des cancers du rein et des melanomes (cancer de la peau). Parallelement, des chercheurs de l’Institut National du Cancer (Inca) de Rio de Janeiro ont realise une etude mondiale portant sur une therapie inedite destinee aux patients atteints de cancers des poumons a un stade avance. Ces resultats qui confirment l’engagement au Bresil en matiere de recherche sur le cancer, ont permis aux chercheurs « de gagner plus de reconnaissance au niveau international », souligne le quotidien O Globo. Le vaccin developpe par l’USP, baptise HybriCell, stoppe l’expansion des tumeurs cancereuses du rein et des melanomes dans 80% des cas. Chez certains patients, le traitement a contribue a tripler leur esperance de vie. « Il s’agit du premier vaccin de ce type au Bresil et son efficacite est excellente. Il est important de rappeler qu’il n’est pas utilise de facon preventive et qu’il s’agit plutot d’une technique de soin », precise le professeur Jose Alexandre Barbuto, professeur au Departement d’Immunologie de l’Institut de Sciences Biomedicales de l’USP. Fabrique a partir des propres cellules du patient, le vaccin active le systeme immunitaire de l’organisme afin qu’il identifie la tumeur comme un corps etranger. Cette technique validee par l’Agence Nationale de Surveillance Sanitaire (Anvisa) ne comporterait pas, d’apres les specialistes, d’effets secondaires notables. L’etude realisee par l’Inca sur le nouveau traitement du cancer des poumons, un des plus courants au Bresil, a ete publiee dans le « New England Journal of Medicine ». Elle represente une alternative a la chimiotherapie et ne traite que les cellules malignes en preservant les cellules saines, cela permet d’augmenter l’esperance de vie des patients atteints. L’etude a ete realisee sur 731 malades en stade avance. La nouvelle therapie est administree sous forme de pilules qui agissent sur les molecules des tumeurs et qui bloquent les recepteurs chimiques responsables de leur croissance. Les resultats ont montre que l’esperance de vie des patients a augmente en moyenne de deux mois.

Contacts :
- http://br.news.yahoo.com/050614/36/...
- http://www.biotecnologia.com.br/bio... Sources : O Globo, 06/06/2005 Redacteur : Karim Boudhraa


Partager cet article
Repost0
16 février 2008 6 16 /02 /février /2008 18:08

Partager cet article
Repost0
9 février 2008 6 09 /02 /février /2008 19:09
Une analyse de très grande envergure publiée dans la revue médicale britannique The Lancet montre que les suppléments vitaminiques et les antioxydants censés protéger contre le cancer sont inefficaces et dangereux. En effet, ils augmentent la mortalité prématurée et n'ont aucun mérite dans la prévention des cancers gastro-intestinaux. Deux autres études avaient déjà montré, l'une en 1996, que le bêta carotène augmente le risque d'apparition du cancer du poumon, et l'autre en 2002 que des vitamines antioxydantes n'ont aucun effet sur les maladies cardio-vasculaires.

 

Les vitamines, prises sous forme de compléments alimentaires, n'ont pas un effet protecteur contre les cancers gastro-intestinaux, selon une étude qui apporte une nouvelle pièce à ce dossier controversé. Certaines associations de vitamines pourraient même accroître légèrement le risque de souffrir de telles tumeurs, précise un article paraissant dans la revue médicale britannique Lancet.

 

La consommation de fruits et légumes, riches en vitamines, est conseillée et jugée susceptible de réduire les risques de cancer, mais la prise de compléments vitaminés est plus controversée. Pour les compléments alimentaires, les résultats des essais comparatifs déjà réalisés semblaient "contradictoires", d'où l'idée de procéder à une analyse systématique pour tirer la leçon de 14 études antérieures concernant 170.000 personnes au total. Au final, Goran Bjelakovic (Université de Nis, Serbie et Montenegro) et ses collègues n'ont pas constaté d'effets préventifs avérés associés à la consommation d'antioxydants sous forme de compléments alimentaires. Exception faite peut-être du sélénium pour lequel de nouvelles études sont préconisées, notent-ils.

Le sélénium, un oligoélément que l'on trouve notamment dans les produits de la mer, les abats, la viande, l'oignon, l'ail, est un antioxydant au même titre que les vitamines C, D, E et le beta-carotène. L'alimentation humaine inclut à la fois des oxydants et des antioxydants. Si les premiers sont susceptibles de générer des mutations génétiques pouvant à terme engendrer des cancers, les seconds joueraient un rôle protecteur. La consommation d'une alimentation comprenant beaucoup de fruits et légumes, riches en antioxydants, réduit les risques de cancer, selon de nombreuses études épidémiologiques.

 

Mais sous forme de compléments alimentaires, le beta-carotène et les vitamines A, C, E, seules ou associées, "ne semblent pas avoir beaucoup d'effets dans la prévention des cancers gastro-intestinaux" (oesophage, estomac, gros intestin, pancréas, foie). De plus, selon le Dr Bjelakovic et ses collègues, "ces compléments antioxydants semblent accroître la mortalité globale".

 

"Si nos résultats sont corrects, pour un million de personnes exposées à des associations toxiques ou des quantités toxiques de compléments alimentaires antioxydants, il pourrait résulter quelque 9.000 décès prématurés", concluent-ils. Cependant, reconnaissent-ils, dans la plupart des études passées en revue, les vitamines étaient données à des doses "nettement supérieures à celles que l'on trouve habituellement dans une alimentation équilibrée", voire dépassant les apports journaliers recommandés, ce qui peut expliquer l'absence d'effets positifs, voire les effets négatifs constatés.

 

D'autres études doivent être réalisées afin de conforter ces résultats, mais les auteurs estiment que les personnes qui utilisent ces suppléments perdent leur argent et qu'une alimentation riche en fruits et en légumes est l'une des meilleures protections contre ce type de cancers. 

tiré du site :http://charlatans.info/

Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 18:16

feuille de pissenlitle pissenlit :traiter son cancer avec les herbes.

Traitement Du Cancer à la Racine De Pissenlit

( repris d'une annonce publiée dans le Northwest Herald )

 

George Cairns Ecrit :

 

Chaque semaine autour de 10.000 personnes meurent du cancer. Les statistiques du gouvernement montrent que le taux de mortalité du cancer n'a pas changé dans les 10 dernières années. La chimiothérapie et les radiations sauvent seulement autour de 10% des personnes traitées. Donc, cela montre que nos docteurs n'ont pas grand chose à leur disposition pour travailler avec.

 

Au cours de cet article, je vais expliquer comment préparer cette plante et quelle quantité prendre. Il n'y a rien à acheter. Pour une raison, le Seigneur m'a choisi pour vous apporter ces mots. Je suis pas seulement le livreur, et rien de cela n'est de mon invention. Je crois en chaque mot que j'écris ici, et je suis la preuve vivante que cela marche.

 

Le cout pour impriner cela est mon remerciement à Dieu pour me rendre ma vie et ma santé.

 

Il y a un peu plus de trois ans j'étais au point de mourir d'un cancer. Un matin que je m'évellais et que j'espérais que ma fin soit proche, une voix vint à moi et me dit "Tu dois faire quelque chose au sujet de ton cancer de prostate. Prends la racine du pissenlit. Ne t'attends pas à un miracle. Ca t'a pris beaucoup de temps pour te trouver dans cet état" la voix était partie.

 

J'ai pensé que la voix se moquait de moi quand elle disait d'utiliser le pissenlit. Quand cette voix nous dit de faire quelque chose, on le fait. On doit le faire, comme écrire cet article. C'est bien la dernière chose que j'aurais pu penser faire. Ensuite je me suis mis à penser qu'on ne m'avait pas dit quelle quantité prendre et comment faire la préparation.

 

En un clin d'oeil, je sus quelle quantité prendre, comment préparer la racine, et que cela prendrait entre 4 et 6 mois pour me soigner. Je sus aussi que je n'allais pas gagner un centime avec cela. Dès que je sortis de matin là je déterrais des racines et je commencais à les préparer.

 

Environ une semaine plus tard je commencais à m'administrer la racine de pissenlit. Trois semaines plus tard ma douleur dans le dos et sur le côté avait disparu et l'état de mes intestins s'était amélioré. Cinq mois et demi plus tard on ne pouvait plus me trouver un problème cancéreux du tout.

 

J'ai alors voulu trouver quelqu'un d'autre pour qu'il essaye, et c'est là que j'ai eu le plus gros problème. Personne ne semble vouloir qu'on l'aide. Quand j'en ai parlé aux docteurs, ils ont juste souri comme si j'étais cinglé. Finalement, je parlais de cela à un ami et il me dit qu'il avait un ami qui était en train de mourir d'un cancer du poumon. Il avait le cancer dans les deux poumons et était au lit rongé par la maladie. Le cancer bouchait ses poumons. On lui donnait entre 4 et 6 semaines à vivre.

 

Après qu'il ait pris cette poudre pendant environ 6 semaines, il était debout et pouvait se déplacer, faire ses tâches ménagères et conduire sa voiture. Il alla au bureau de son docteur et les docteurs ne pouvaient pas y croire. Ils l'emmenèrent à l'hôpital et lui firent passer un scanner TAC. Ils ne trouvèrent aucune lésion cancéreuse dans ses poumons et dirent que c'était un miracle.

 

Je mis alors une annonce dans The Northwest Herald pour offrir gratuitement le traitement et quatre personnes dirent qu'ils voulaient l'essayer. Lentement une personne en parla à une autre et l'information fut diffusée. Un nombre significatif de personnes l'ont pris pour différents types de cancers et pour d'autres choses.

 

Par exemple, un monsieur perdit son système immunitaire et on lui dit qu'il serait incapable de travailler pendand trois ans; en six mois il s'est senti mieux et il travaille à nouveau à mi-temps.

 

Je sais que ce n'est pas un remède pour tout. Ce traitement n'aidera pas toutes les personnes ni pour tous les types de cancers. Je sais que ce n'est pas un remède pour le cancer de la peau et qu'il n'y a pas eu de chance non plus avec les tumeurs du cerveau. Il y a un doctor à Boston, Massachussetts qui a développé un vaccin qui fait des prouesses. Ce remède a eu du succès avec les cancers de la prostate, du colon, du sein, du foie et surtout pour le cancer du poumon. Cinq personnes l'ont pris pour le cancer du poumon et les cinqs ont été soignée une fois.

 

Le système immunitaire contrôle les cellules cancéreuses dans notre corps. Tant que le système immuniatire est en bonne santé, on n'a en général pas de problème de cancer. Quand notre système immunitaire fonctionne mal, il perd le contrôle qu'il a sur les cellules cancéreuses, et celles-ci commencent à manger des cellules vivantes et c'est cela qu'on appelle le cancer.

 

Cette poudre à base de racine de pissenlit contient quelque chose qui reconstruit le sang et le système immunitaire. Quand le système immunitaire est reconstruit à un tel point, il reprend le contrôle sur les cellules cancéreuses, il leur fait face et commence à nettoyer le désordre qu'elles ont provoqué. C'est pour cette raison que vous devez avoir de l'appétit parce que votre corps doit se renforcer tout seul et être en bonne santé pour si votre système immunaitaire vient à être fort.

 

Cela ne fonctionnera pas pour les gens qui ont perdu l'appétit ou qui sont en CHIMIOTHERAPIE. Les docteurs tentent d'éliminer le cancer de votre corps avec de la chimiothérapie ou avec des radiations. En agissant ainsi, votre système immunitaire et votre appétit sont détruits. Ces deux choses sont les plus importantes dont votre corps a besoin pour vaincre le cancer.

 

Les opérations détraquent également le système immunitaire. C'est pourquoi tant de gens qui ont passé des opérations pour leur cancer se rendent compte peu de temps après qu'il s'est développé ailleurs.

 

Nombreuses sont les pires maladies qui ont été des fléaux au niveau mondial et qui ont été soignées relativement facilement. Quand j'étais un enfant, les femmes redoutaient le goitre bien plus que le cancer. Un peu d'iode dans la diète soignait cela. Pendant des siècles les maladies les plus redoutées étaient la lèpre et le tétanos. Un docteur découvrit qu'il pouvait produire de la péniciline à partir des moisissures du pain et qu'il pouvait soigner ces maladies et bien d'autres choses. Depuis combien de temps utilise-t'on le pain moisi ?

 

Je suis certain que les scientifiques trouveront de nombreux emplois à la poudre faite à partir des racines de pissenlits au-delà du cancer. J'ai déjà découvert qu'il renforce le sang et que cela permet de se soigner beaucoup plus rapidement. Pour faire la poudre de racine de pissenlit vous devez suivre mes instructions à la lettre. Au moindre changement cela ne marchera pas.

 

Déterrez une poignée de racines de pissenlits à n'importe quelle époque de l'année, c'est sans importance. Coupez les feuilles juste au-dessous de la couronne. NE LES LAVEZ PAS. Ensuite on doit les sécher à 38 degrés Celsius ( 100 degrés Farenheit ) Je fais cela avec un incubateur sans eau. Vous pouvez aussi les sécher sous une lampe chauffante si vous montez ou baissez l'intensité afin d'avoisiner les 38°. Vous pouvez aussi employer le soleil ou les mettre au grenier et si ce n'est pas trop chaud. Cela prend entre 5 et 6 jours dans l'incubateur.

 

Je n'ai pas fait le processus complet sous la chaleur de la lumière. Quand vous cassez une racine et qu'elle craque elle est prête à être mise en poudre. Prenez une vielle poêle en fer et un marteau propre. Prenez une racine à la fois et mettez la dans la poêle puis commencez à la frapper. Ne tapez pas trop fort ou cela va s'éparpiller autour de vous. Je mets ma main autour de la racine et je garde ainsi presque tout dans la poêle. Si ca colle au marteau et à la poêle, et si ca ne craque pas entre vos doigts, c'est que ce n'est pas assez sec. Gardez la poudre jusqu'à ce que vous en ayez assez pour commencer.

 

Cela prend entre 20 minutes et une demi-heure pour préparer assez de poudre pour une semaine. Quand vous y serez habitué vous pourrez aller beaucoup plus vite. J'ai une vieille coupe que les pharmaciens employaient pour piler des préparations à mettre en gélules, cela va beaucoup plus vite. N'UTILISEZ PAS DE MOULIN ELECTRIQUE, cela ne marchera pas si vous le faites. Vous perdez trop de produit qui est transformé en poussière. Vous devez faire comme je vous ai dit ou ne pas le faire du tout. J'ai essayé des raccourcis mais c'était comme si quelqu'un regardait au-dessus de mon épaule et je sais quand j'ai commis une erreur.

 

Je suis juste un vieil agriculteur et pas un scientifique, alors même pour moi même je ne saurais dire quelle est la quantité correcte à prendre. Cependant, prenez un peu plus qu'une demi cuillère à café une fois par jour à n'importe quel moment et mélangez avec de l'eau, du jus d'orange, etc.. N'employez pas de boissons à base de sucre ni de liqueurs ou des liquides chauds.

 

Quand c'est mélangé utilisez tout. Ne laissez pas traîner. Gardez la poudre dans un lieu sec. Après en avoir pris pendant trois ou quatre jours vous vous sentirez bien, mais rien de plus. Cela indique que votre sang se renforce. Quand votre sang est content vous êtes content. Dans la plupart des cas cela renforcera votre système immunitaire en trois jours à trois semaines au point ou celui-ci pourra reprendre le contrôle sur les cellules cancéreuses et alors le cancer cesse de s'étendre. Dans la plupart des cas cela va aider. Il n'y a pas de sensation corporelle particulière quand cela fonctionne. Vous vous sentez juste un peu mieux chaque semaine.

 

Après trois semaines le plus gros de la douleur aura disparu dans votre dos et vous saurez que ça fonctionne si vous avez eu des douleurs à cet endroit comme je les ai eu. Si vous avez un cancer des os dans le dos, cela prendra trois mois pour fonctionner. Ce n'est pas un remède d'une nuit. Cela a pris du temps pour en arriver à être dans cet état et cela prendra un certain temps pour que votre corps guérisse.

 

Plus tôt vous commencerez et plus tôt vous aurez vaincu le cancer. Les gens jeunes guérissent plus vite que les personnes âgées, mais cela vous aidera à n'importe quel âge. Je le sais parce que j'ai 80 ans et que je prends cette poudre depuis trois ans. Aucun cancer n'est revenu et il n'y a aucun effet secondaire sauf quand mon corps a eu assez de produit, il me le fait savoir car j'ai le coeur qui me brûle. Alors j'en prends un peu moins. Certaines personnes ont des douleurs d'estomac quand ils nécessitent une moindre dose. Cela signifie aussi que votre cancer est contrôlé et que vous n'avez pas besoin de tant de poudre.

 

Vous allez aussi certainement découvrir que vous n'attraperez pas de rhume pendant que vous prenez le produit à pleine dose. L'ennemi majeur de cette racine est la chimiotherapie. Plus la chimio est forte et moins la poudre aura de possibilités de vous aider. Il y a seulement 10% de probabilités que la chimio vous soignera. Sans chimio, vos chancez sont de 75% à 80% mais vous devez prendre la poudre tous les jours. Ne laissez pas le docteur vous inspirer cette vieille peur si vous le contredisez et qui sonnera ainsi "Si vous voulez foutre votre vie en l'air, je ne peux pas vous en empêcher".

 

Rappelez-vous seulement que 90% des gens qui ont suivi l'avis du médecin et ont fait de la chimio sont au cimetière. Ne blâmez pas le docteur, il fait de son mieux avec ce qu'il a pour travailler ou vous pourriez demander également une garantie écrite. J'ai seulement parlé des cancers dont souffraient les gens que je connais qui utilisaient les racines de pissenlits. Cela devrait aider pour le cancer du pancréas si c'est pris avant que l'appétit soit perdu et la plupart des cancers du corps.

 

C'est un aliment, ce n'est pas un médicament. Cela ne devrait pas interférer avec la médecine que votre docteur peut vous donner. Seuls deux médecins ont dit à leurs patients de continuer à prendre la poudre après qu'ils se soient rétablis de manière miraculeuse. Les autres docteurs ont fait réduire la prise de poudre et ont dénigré les gens même si le cancer avait disparu. Le monde médical ne va pas accepter cela facilement.

 

Pour en revenir au fait qu'il ne faut pas laver les racines et qu'il reste un peu de terre dessus, cela est pour votre propre bien. Une bonne partie de l'immunité vient du sol, cela commence dès votre naissance. Vos doigts touchent quelque chose et vous le mettez à la bouche. Un peu de poussière au début, puis plus vous grandissez et quand vous marchez à quatre pattes. Alors tout ce que vous touchez va a la bouche. Quand les enfants sont dehors pour jouer et qu'ils retournent à la maison, là ou ils sont le plus sales c'est autour de la bouche et sur les mains. Les mains vont à la bouche qu'importe à quel point elles sont sales.

 

De nombreuses maladies et bactéries vivent dans le sol, mais elles ne semblent pas provoquer de problèmes et au contraire elles permettent de bâtir le système immunitaire. Certains animaux ne peuvent pas vivre si ils ne peuvent pas manger une certaine quantité de terre. Si vous relisez cet article vous verrez que tout revient aux questions de bon sens.

 

A vous tous qui avez un cancer et d'autres problèmes Je vous souhaite le meilleur.

 

Cette annonce ne reflète pas nécessairement l'opinion du Northwest Herald. La poudre de racine de pissenlit que vous pouvez acheter en magasins d'aliments diététiques n'est pas faite de la même manière. Elle n'est pas connue pour aider les cas souffrant de cancer. Ceci est une réimpression d'une annonce du Northwest Herald. Impression dont il a été fait don par Viking Lithographic, Elkhorn, WI 53121

 

Les Nouvelles Instructions de Geroge Cairn

[NB: Après la publication de l'article original, j'ai parlé avec lui par téléphone et il m'a dit qu'il avait des instructions plus récentes et meilleures. Il me les a envoyées et elles paraissent ci-dessous. Cependant, les patients cancéreux ne peuvent pas attendre des mois pour récolter les pissenlits au bon moment et attendre plusieurs autres mois pour congeler, planter et récolter une nouvelle récolte de pissenlits. Dans ce nouvel article, centrez votre attention sur la récolte et sur la tranfrotmation des pissenlits et espérez qu'ils seront là durant la saison pendant laquelle vous en aurez besoin.]

 

Pour faire de la poudre de racine de pissenlit, commençons par le début. Ce sera la collecte de la graine. La graine est à la base de la couronne blanche et pelucheuse de la couronne qui apparait quand la fleur jaune murit. Si vous soufflez dessus elles s'envolent. Ces petites graines ne poussent pas avant le printemps suivant. Je collecte les graines en mai et en juin et ensuite je les mets au congélateur. De cette manière vous trompez la Mère Nature car les graines doivent geler avant qu'elles ne puissent germiner. De cette manière vous pouvez faire pousser les graines la même année que vous les récoltez. Travaillez la terre là ou vous allez les planter et éparpillez les graines à la surface de la terre puis passez-y le rateau [sur le sol] très doucement et arrosez. En général je plante les graines en Aout.

 

Je déterre les plants au mois d'Avril suivant. J'essaie de faire toute la transplantation en Avril étant donné que d'ici à la fin Avril les pissenlits commencent à fleurir ce qui prend de l'énergie et réduit la production de racines. C'est une bonne chose que d'ôter les bourgeons durant les premiers mois. Quand je mets en terre les plants en Avril, je les plante à 15 cm les uns des autres et en lignes espacées de 45 à 50 cm. je les bine quand c'est nécessaire et je tiens les mauvaises herbes hors des plants. Après environ deux mois vous ne pourrez plus les biner car ils auront couvert le sol. Alors j'arrache les  mauvaises herbes hors du plant. J'arrose quand c'est nécessaire.

 

En général je commence à les déterrer en Octobre. Dans ce laps de temps certaines des racines ont pris un diamètre de 2,5 cm. Je les secoue pour ôter la majeure partie de la terre [mais pas tout] et je coupe en tranchez les racines les plus grosses à 1cm d'épaisseur afin qu'elles sèchent de manière homogène. Pour les sécher j'emploie un incubateur à air forcé sans mettre d'eau dedans. Je règle la température de l'incubateur à 38° ou un peu moins.  Cela prend 5 jours pour qu'elles soient prêtes à moudre. Vous pouvez employer un déshydrateur réglé autour de 38°C. S'il n'est pas réglable en température ne l'utilisez pas. Vous pouvez aussi sécher au soleil si vous mettez les racines dans quelque chose dans lequel le vent pourra passer à travers, comme un petit sac à oignons ou à pommes de terre. Suspendez-les au soleil mais redescendez-les à la fin de l'après-midi et  placez-les dans un sac plastique que vous fermerez hermétiquement. Si vous ne le faites pas les racines prendront de l'humidité et tout sera à refaire. Ensuite, sortez-les à nouveau le jour suivant quand le soleil est haut dans le ciel. Quand vous avez de la chaleur dans la maison ce n'est pas un problème étant donné qu'elles sècheront bien pratiquement n'importe ou il y aura de la chaleur, comme par exemple près d'un poêle ou d'un radiateur. L'excès de terre se décrochera des racines au fur et à mesure qu'elles sècheront. La Mère Nature sait combien il faut laisser. Si les racines sont très propres ajoutez un peu de terre parce que sans cette terre cette poudre ne fonctionnera pas.

 

Quand vous faites la poudre essayez de ne rien perdre. Pilez les racines à plat, puis mettez-les dans un moulin à café pendant 25 secondes et vous aurez votre poudre. Vous pouvez aussi continuer à piler et à émietter jusqu'à obtenir la finesse correcte. C'est ce que j'ai fait pendant longtemps, un ami m'avait donné un pilon en fer et un mortier. Avec cela vous pouvez obtenir la finesse que vous souhaitez.

 

Pour conserver mettez la poudre dans un bocal hermétique à l'air et remplissez aussi près du bord que possible. De cette manière je l'ai gardée 10 mois. Conservez également dans un lieu sec.

 

George Cairns

Woodstock, Illinois, USA

 

Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 18:04
Elle traite son cancer avec la médecine chinoise

Ce que vit Moreah Sheldan est révolutionnaire au Canada : traiter son cancer par la médecine occidentale et chinoise. Cette femme a découvert il y a deux ans qu'elle avait un cancer du sein. Son oncologue lui donne deux ans de survie. Mme Sheldan refuse le traitement standard : l'ablation du sein. Son oncologue lui prescrit un bloquant d'œstrogène pour réduire la tumeur. Une tumeur qu'il faudra ensuite enlever.

Philippe Rivière est un spécialiste du cancer, mais en médecine chinoise. Il a été formé en France. Il parle et écrit en mandarin : « Le public méconnaît encore trop les énormes possibilités qu'offre la médecine chinoise en traitement du cancer. »

Ce médecin prescrit à Mme Sheldan des exercices pour diminuer le stress et des herbes chinoises qui devraient tuer les cellules cancéreuses. Mme Sheldan prépare elle-même ses remèdes. Des dépenses de presque 2000 $ en 3 mois, qui ne sont pas remboursées par les assurances. Mme Sheldan : « Je souffre du cancer, mais je me sens encore bien, très bien même, depuis que je suis ce traitement. » En quatre mois, la tumeur a diminué de moitié, et on a pu la lui enlever, évitant ainsi l'ablation du sein. Mme Sheldan : « C'est la décoction d'herbes qui permet au bloquant d'œstrogène d'avoir un effet aussi puissant. »

Les herbes que prend Mme Sheldan n'ont subi aucun contrôle de Santé Canada. Si bien que le docteur Rivière éprouve le besoin de vérifier lui-même la qualité des herbes avant de les prescrire à ses patients.

Partager cet article
Repost0
8 février 2008 5 08 /02 /février /2008 17:53
La levure de bière et ses effets thérapeutiques.

La levure de bière est connue depuis la plus haute Antiquité: 5 000 à 8 000 ans. Les Babyloniens, les Égyptiens et les Celtes, qui l'utilisaient pour la préparation de boissons alcoolisées, s'en servaient également pour son action bénéfique sur la peau et le teint. Les archéologues rapportent, entre autres, que les Babyloniens honoraient, pour ses pouvoirs de guérison, la déesse de la bière et de la levure, Nidaba.

Plus tard, Pline, le grand naturaliste romain, raconte que vers 370 avant J.-C., Hippocrate, le célèbre médecin grec, avait découvert l'action diurétique de la levure de bière et la conseillait comme remède.

Au Moyen-Âge, les moines qui soignaient les lépreux absorbaient de la levure de bière afin de ne pas être contaminés à leur tour. On l'utilisait également pour guérir les gens atteints de rougeole et de scarlatine. Mais ce n'est qu'au XVIIIe siècle, en 1837, que le chercheur Meyen découvre que la levure de bière, responsable de la fermentation, est constituée de petits organismes vivants unicellulaires qui se reproduisent par bourgeonnement. Il leur donne alors le nom de Saccharomyces Cerevisiæ.

À cette époque, au Danemark, on traite avec la levure, la furonculose. En Allemagne, les médecins la prescrivent aux diabétiques, aux enfants et aux adultes qui souffrent de fatigue, de surmenage ou de sous-alimentation. On l'utilise également pour traiter certains troubles gynécologiques bénins chez les femmes.

Pendant la Première et la Deuxième Guerre mondiale, la levure de bière sert à combler les carences alimentaires des soldats, des prisonniers et des civils affamés ou sous-alimentés.

Tombée un peu dans l'oubli par la suite, la levure de bière a retrouvé sa popularité à partir des années 60 au moment où les gens, las de la nourriture plus ou moins dévitalisée offerte par l'industrie, se sont tournés vers les suppléments naturels.

Une force vitale exceptionnelle!
La levure de bière vivante, contrairement à la levure alimentaire et avec laquelle on ne doit surtout pas la confondre, renferme tous les éléments dont le métabolisme a besoin pour bien fonctionner. Son analyse biochimique démontre en effet qu'elle réunit, en un produit possédant une force vitale exceptionnelle, pas moins de 17 vitamines différentes (dont la majorité des vitamines du complexe B), 16 acides aminés, 14 sels minéraux et 46 % de protéines! De plus, sa méthode de séchage et de préparation particulière à température peu élevée lui permet de conserver intacts ces constituants. Elle posséderait ainsi pas moins de 20 milliards de cellules par gramme! C'est pour cela qu'elle est appelée levure de bière vivante. On peut se procurer ce type de levure sous forme de gélule.

La levure que l'on retrouve dans la bière populaire n'est aucunement comparable à la levure de bière vivante. La levure présente dans la bière ne possède pas les mêmes vertus que la levure vivante en gélule. Il serait faux de croire que la consommation régulière de bière aurait des effets thérapeutiques comme la levure de bière vivante.

Cette grande richesse fait en sorte qu'elle peut agir sur trois points simultanément. Premièrement, la composition particulière de la levure de bière vivante en fait, comme nous l'avons vu, un aliment naturel complet. Deuxièmement, elle agit comme remède préventif et curatif et troisièmement, son absorption régulière a un effet régénérateur qui peut nous aider à rester jeune, dynamique et en forme.

Retarder le vieillissement Le nutritionniste américain Paul Bragg, qui était lui-même un grand amateur de levure de bière vivante, affirmait que cette substance ne contenait pas seulement qu'une bonne quantité de protéines, de vitamines et de minéraux, mais également de l'acide nucléique en abondance. Il est maintenant reconnu que c'est cet élément qui gouverne la formation des nouvelles cellules venant remplacer celles qui se sont détériorées. Lorsqu'on vieillit, l'acide nucléique perd progressivement cette capacité de commander aux cellules de se renouveler. C'est ce qui explique principalement pourquoi la peau perd, avec le temps, son élasticité et sa souplesse et devient ridée.

Or, selon Bragg, l'acide nucléique contenu dans la levure de bière vivante posséderait la mystérieuse capacité d'aider à remonter l'horloge biologique, de retarder le vieillissement prématuré et de recharger les batteries des cellules fatiguées. Les personnes âgées à qui il prescrivait de la levure de bière voyaient, en quelques mois, non seulement leur sentiment de bien-être et leur niveau d'énergie augmenter, mais leur apparence s'améliorer grandement. La peau du dessus des mains qui était plutôt sèche et crevassée devenait plus lisse et souple, et celle du visage prenait une teinte plus colorée dénotant une meilleure santé générale. La peau recouvrant les articulations, celle des coudes, entre autres, s'assouplissait également. Bragg, en mettant en relief ici l'effet de l'acide nucléique contenu dans la levure de bière vivante, ne fait qu'apporter une explication scientifique à un fait connu plus ou moins consciemment depuis des siècles.

Autres indications Lorsqu'on prend de la levure de bière vivante pendant une période suffisamment prolongée, une véritable armée de cellules vivantes pénètre dans notre organisme qui, non seulement va s'attaquer aux toxines circulant dans le sang, mais va augmenter également l'efficacité du système immunitaire.

Cette action se reflète sur les principales fonctions du corps. La peau, comme nous l'avons vu plus haut, en bénéficie, tout comme le muscle cardiaque et la circulation, la digestion, les principales glandes, le système nerveux et les systèmes d'élimination. De plus, la levure de bière vivante peut renouveler la flore intestinale malmenée par les antibiotiques et les médicaments.

En résumé, selon le docteur Fournat de la Faculté de médecine de Lyon qui a écrit une thèse sur la levure de bière vivante, les indications principales de cette substance seraient justement les accidents digestifs et cutané-muqueux reliés à la prise d'antibiotiques, les entérites, colites et diarrhées aiguës, les manifestations nerveuses de l'alcoolisme dont la cirrhose du foie, toutes les avitaminoses B, le diabète, la furonculose, l'acné et la séborrhée, les plaies et brûlures, les polynévrites toxiques et infectieuses, la sclérose en plaques, les manifestations douloureuses du zona et certaines maladies musculaires. D'autres auteurs comme Arnozan, Marie, Faisan et Pietta l'ont conseillée dans des cas d'ostéomyélite, de pneumonie, de grippes, de variole et d'anémie.

Tous sont unanimes à dire que l'usage thérapeutique et préventif de la levure de bière vivante gagnerait à être plus répandu!

Il existe sur le marché une levure de bière vivante ordinaire et une autre renforcée avec du sélénium (agent antioxydant) et de la silice (agent antivieillissement).

Posologie Il n'en demeure pas moins que si vous prenez chaque jour, durant des cures de 3 à 4 mois, un peu de levure de bière vivante, cela vous aidera à vous sentir plus jeune et à acquérir une meilleure résistance. On en prend généralement de 2 à 4 par jour, le matin et le soir ou entre les repas l'estomac vide.

Source:
Noëlla Fortin
Gazette officielle des thérapeutes
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2008 4 24 /01 /janvier /2008 16:34

Interprete : Christian Sbrocca
Année : 2005

Texte :

Comme les doigts de la main
Elles étaient bien
Telles de vraies jeunes femmes
Désirables

L’être imprévisible
Attire sa cible
Et parfois l’invisible
Est si habile

Le mal est près de nous, de nous

Après tant d’années d’efforts
À fuir tous ses remords
On perd la foi
On ne croit plus en la loi
Après tant d’années de haine
Et tant d’années de peine
On dit que pour survivre
On doit réapprendre à vivre

Pris dans une cage
De braconnage
Nul n’est à l’abris du diable
C’est bien dommage

Le mal passait par là, passait par là

Après tant d’années d’efforts
À fuir tous ses remords
On perd la foi
On ne croit plus en la loi
Après tant d’années de haine
Et tant d’années de peine
On dit que pour guérir
On doit réapprendre à vivre

Toutes ces années d'efforts
Toutes ces années de remords
Toutes ces années de haine
Et tant d'années de peine

On doit réapprendre à vivre
(Réapprendre à vivre)
Reprendre le goût de sourire
On doit réapprendre à vivre
Retrouver l'envie de vivre
(On doit réapprendre à vivre)

On doit réapprendre à vivre
Reprendre le goût de sourire
On doit réapprendre à vivre
(Retrouver l'envie de vivre x3)
Interprete : Christian Sbrocca
Année : 2005

Texte :

Comme les doigts de la main
Elles étaient bien
Telles de vraies jeunes femmes
Désirables

L’être imprévisible
Attire sa cible
Et parfois l’invisible
Est si habile

Le mal est près de nous, de nous

Après tant d’années d’efforts
À fuir tous ses remords
On perd la foi
On ne croit plus en la loi
Après tant d’années de haine
Et tant d’années de peine
On dit que pour survivre
On doit réapprendre à vivre

Pris dans une cage
De braconnage
Nul n’est à l’abris du diable
C’est bien dommage

Le mal passait par là, passait par là

Après tant d’années d’efforts
À fuir tous ses remords
On perd la foi
On ne croit plus en la loi
Après tant d’années de haine
Et tant d’années de peine
On dit que pour guérir
On doit réapprendre à vivre

Toutes ces années d'efforts
Toutes ces années de remords
Toutes ces années de haine
Et tant d'années de peine

On doit réapprendre à vivre
(Réapprendre à vivre)
Reprendre le goût de sourire
On doit réapprendre à vivre
Retrouver l'envie de vivre
(On doit réapprendre à vivre)

On doit réapprendre à vivre
Reprendre le goût de sourire
On doit réapprendre à vivre
(Retrouver l'envie de vivre x3)

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 17:17
 
Auteur: tlemcani



LES RELATIONS JUDEO-ARABO-BERBERES, EN ALGERIE, AVANT L'OCCUPATION FRANCAISE DE 1830



Il y a deux ans environ, lors d'un colloque organisé à l'Université de Constantine, j'ai l'occasion d'échanger quelques propos avec une jeune algérienne dont l'âge révélait qu'elle n'avait connu ni les temps de la colonisation ni ceux de la guerre d'indépendance de 1954 en Algérie. Et, apprenant que je suis Juif originaire de Constantine, elle me fait savoir avec toute l'ardeur et la conviction de sa jeunesse qu'elle ne pardonne pas aux Juifs d'Algérie d'avoir quitté leur pays, en 1962 manifestant ainsi, selon elle, leur rejet de la situation créée par l'indépendance conquise. La scène se passe dans une vaste salle où des dizaines de personnes prennent leur repas si bien que la discussion sur les relations judéo arabo-berbères en Algérie ne peut s'établir sérieusement. C'est cette discussion que je voudrais reprendre ici, espérant que mon interlocutrice d'alors pourra en prendre connaissance et y trouver quelques éléments d'explication à sa remarque.



Les Juifs sont présents au Maghreb dès le III° ou même II° siècle



Tous les historiens qui se sont penchés sur la question reconnaissent actuellement l'existence d'une vie juive au Maghreb peu de temps après la destruction du royaume de la Judée antique par les armées romaines, au II° siècle de l'ère chrétienne. Après cette destruction, les Judéens s'éparpillent dans le monde méditerranéen y compris au Maghreb. Je me suis trouvé récemment à Constantine où j'ai pu observer au Musée de la ville trois dalles de pierres que sa directrice m'a assuré être des vestiges historiques de la région datant du III° siècle de l'ère chrétienne. Sur l'une de ces pierres, je peux lire, très clairement gravées en caractères hébraïques, les mots laïla hazé, termes signifiant en hébreu cette nuit. Et la directrice du musée, historienne de formation, de m'assurer que de telles découvertes ne sont pas rares dans la région voire dans toute l'Algérie.

Une pacifique cohabitation des Berbères et des Juifs

Les Juifs arrivant de Judée au Maghreb, n'y trouvent pas un pays désertique et inhabité. Des populations agricoles ou pastorales de culture païenne y sont déjà installées, les Berbères. Les Juifs, apportant avec eux les connaissances et les savoir-faire de toutes les grandes civilisations du Moyen Orient, deviennent vite, dans leur nouveau pays, les moteurs de l'expansion économique, politique et culturelle des tribus qui le composent. En leur sein, les conversions au judaïsme se font de plus en plus fréquentes. Si bien que, aux dires du grand historien arabe Ibn Khaldoun1, la Berbérie, au VII° siècle, devient un vaste territoire allant de Gabès à Tanger qui sera, un temps, unifié sous l'autorité d'un personnage hors du commun, relevant à la fois de l'histoire et de la légende, une femme surnommée la Kahena2, berbère et juive à la fois. En Berbérie, poussés par des besoins et des intérêts communs, Juifs et Berbères cohabitent ainsi pacifiquement et c'est une population soudée par leur entente à laquelle se heurtent les troupes arabes venues d'Orient au VIII° siècle pour établir une tête de pont à Kairouan, préparer la traversée des Aurès, vers l'ouest, et envahir le pays de la Kahena. Entourée de son peuple, celle-ci résistera trois années durant aux troupes arabes pourtant grossies par d'importants renforts mais finit par être vaincue et tuée au combat. Les Arabes occupent alors la totalité du pays.



Les relations entre Juifs et Arabo-Berbères, en Algérie, avant l'occupation française



Quelle est la situation économique, politique et sociologique des Juifs et des Arabo-berbères dans le Maghreb sous domination arabe3 avant l'occupation française, en 1830 ? Au fil des siècles, cette situation laisse apparaître certaines caractéristiques relativement stables. Si, au plan du vécu culturel, les cultes musulman et juif se séparent incontestablement les uns des autres4, au plan économique et social, les points de ressemblance sont nombreux. De part et d'autre, subsistent les mêmes clivages sociaux qui font se distinguer des classes de propriétaires, d'exploitants agricoles, de commerçants fortunés au dessus d'une masse populaire plus ou moins inculte et, qui, la plupart du temps, subsiste au jour le jour des maigres ressources d'un artisanat local, d'une agriculture archaïque et de besognes plus ou moins rémunératrices. Lors du fameux coup de l'éventail qui a servi de prétexte à l'invasion de l'Algérie par les troupes françaises, ce sont de riches commerçants juifs qui sont concernés5. Les grosses fortunes ne manquent donc pas, en cette période, parmi les Juifs. Chez les Arabo-Berbères, non plus. Plus tard, on connaîtra, entre autres, chez eux de riches propriétaires tels que les Tamzali, négociants en huiles, Bentchicou qui fit fortune dans le tabac et bien d'autres grandes familles. Mais, de la même façon, durant le même temps, chez les Juifs comme chez les Arabo-Berbères, la misère étend ses méfaits parmi les masses populaires, dans leurs quartiers des grandes villes, très souvent jouxtés les uns aux autres et où les architectures misérables ne le disputent qu'au manque d'hygiène et de salubrité.



Au plan politique, et, plus précisément, à celui des relations des personnes avec les autorités, la règle est celle de tous les états régis par l'Islam : si les musulmans jouissent du maximum de droits que rend possible le régime politique en place, il n'en est pas de même des non Musulmans, y compris des Juifs. Ceux-ci sont des dhimis, des individus qui, pour jouir de ces mêmes droits, doivent s'acquitter d'un impôt supplémentaire en sus de quelques restrictions mineures des droits telles que celui de monter à cheval, de porter certains types de vêtements, etc. Pourtant, en dépit de ces différences, la cohabitation entre les deux groupes, Arabo-Berbères et Juifs, ne présente pas de conflits majeurs. Mieux encore on y constate une similitude voire une identité des us et coutumes hormis, bien sûr, celles relevant de la pratique du culte : on s'habille de la même façon (hormis le port du voile qu'ignorent les femmes juives) ; on mange souvent les mêmes plats préparés de la même façon, on parle la même langue, une sorte d'arabo-berbère où se mêlent parfois des termes hébraïques ou d'origine hébraïque, on se réjouit à répéter les aventures du même modèle populaire, Djeha, et, surtout, on apprécie le même genre musical avec, principalement, dans les régions de Constantine et de Tlemcen, le célèbre Malouf. Les patronymes juifs et arabo-berbères sont souvent les mêmes ou dérivent souvent les uns des autres6. Ainsi, avant le décret Crémieux de 1870 qui fera des Juifs algériens des citoyens français, mon grand père, né en 1868, n'est pas français mais sujet algérien au regard de la France et dhimi à celui des autorités musulmanes. Ce qui ne l'empêchera pas d'entretenir avec son entourage français ou arabo-berbère les meilleures relations, la communauté de langue (concernant les seconds), d'humour et du même bleu du ciel parvenant à estomper souvent maintes différences.



Chapitre II


LE DECRET CREMIEUX DE 1870


Dans quel contexte est-il promulgué ?



Le 14 juin 1830, une escadre française débarque à Sidi-Ferruch, en Algérie, pour y mener une guerre d'occupation qui se terminera effectivement avec la rédition du chef algérien, l'émir Abdelkader, le 16 mai 1843.



Dès cette période, de nombreux Européens (surtout français, mais aussi espagnols, italiens et maltais) s'installent de bon – ou mauvais - gré - en Algérie où ils tirent profit d'une hiérarchie sociale faisant d'eux des conquérants et des possédants, face au petit peuple conquis et dépourvu de ressources des Arabo-Berbères. Les Juifs, eux, sont des indigènes algériens pour les Français, des dhimis pour les Musulmans et ce, jusqu'en 1870.



De 1830 à 1870, la France traverse une période relativement instable au plan politique. Le Second Empire qui succède à la République se termine par la défaite de Napoléon III à Sedan, l'insurrection de la Commune de Paris et la réaction musclée de Thiers contre les insurgés. Durant cette période, l'antisémitisme français s'accroît et trouve son point culminant durant l'affaire Dreyfus, en 1895.



Durant cette période, l'Algérie, elle, connaît tous les méfaits du colonialisme, les pouvoirs dont dépend sa vie aux plans économiques, politiques et culturels étant centralisés à Paris. L'administration du pays est de type politico-militaire et demeurera toujours fortement marquée par les courants d'extrême droite dont l'option antisémite se renforce de jour en jour. Le journal La juste parole qui en est l'organe connaît des tirages importants.



C'est dans un tel contexte que, au lendemain de la défaite de Sedan, le gouvernement provisoire de la république française promulgue, sur proposition du ministre Crémieux, un décret offrant la citoyenneté française aux Juifs nés en Algérie.



Pourquoi ce décret ?



Les causes de la promulgation du décret Crémieux sont nombreuses et se retrouvent aussi bien en France qu'en Algérie. En France, cette promulgation se fait presque en catimini. Ce n'est pas un gouvernement officiel et élu de la France qui en est l'auteur mais un gouvernement provisoire produit d'une défaite militaire. D'entrée, la droite française antisémite y est formellement opposée. Plus tard, Thiers, dès son accession à la tête de l'état, tente à plusieurs reprises de le faire annuler. Mais la gauche française et le rabbinat en défendent l'idée, la première probablement pour des raisons électorales7, le second parce qu'il considère le judaïsme algérien comme rétrograde.



En Algérie, les masses juives sont, certes, tentées par le niveau de vie matérielle des Français qu'ils côtoient mais le rabbinat est formellement opposé au décret. En effet, en échange de la citoyenneté française, celui-ci réclame l'abandon de tout statut particulier par les populations qui en bénéficieraient. Or, concernant les Juifs, particulièrement en ce qui touche à la vie privée (mariages, divorces …), les tribunaux rabbiniques ont, jusque là, conservé d'indéniables prérogatives. Donc, opter pour le décret soumettrait les nouveaux citoyens juifs au seul droit français et réduirait d'autant le pouvoir des rabbins. On comprend que, dés l'origine, lorsque le décret s'est présenté comme une simple offre de la citoyenneté française aux Juifs d'Algérie pris individuellement, à peine 5% d'entre eux y répondent favorablement. L'année suivante, le même décret se fera décision gouvernementale touchant la collectivité des Juifs d'Algérie qui ne peuvent s'y soustraire la France détenant le pouvoir juridique du pays. Ainsi, la citoyenneté française est octroyée automatiquement à toute personne juive née en Algérie (37000 Juifs) et aux autres populations européennes non françaises. Les Algériens musulmans, eux, demeurent des indigènes. Les Juifs nés avant 1870 sont naturalisés comme c'est le cas de mon grand père né en 1868. Mon père, par contre, né à Constantine en 1901, sera, de ce fait, automatiquement citoyen français.



La révolution des hiérarchies


En Algérie, les conséquences de l'application du décret Crémieux sont importantes surtout au plan des relations judéo françaises, d'une part, et judéo-arabo-berbères, d'autre part.



Au plan judéo français, l'antisémitisme de l'administration locale est, plus que jamais, attisé. Il arrive fréquemment que cette question soit le nerf conducteur de campagnes électorales de tous niveaux. Les milieux réactionnaires et antisémites ne peuvent voir d'un œil favorable que les Juifs algériens puissent jouir des mêmes droits qu'eux-mêmes8.



Au plan des relations judéo-arabo-berbères, la nouvelle situation fait apparaître une révolution des hiérarchies : les Juifs, jusque là dhimis, donc, en un sens, soumis aux autorités musulmanes, deviennent citoyens français et, de ce fait, d'une part, leur échappent, d'une autre, se haussent au même niveau que les maîtres du moment, les Français. Ils votent dans le même collège électoral qu'eux alors que les Musulmans, même pour élire leurs représentants à la future Assemblée algérienne, ne voteront que dans un collège distinct de celui des non-Musulmans. Et, surtout, - et c'est à, pour les Juifs, un facteur fondamental de leur évolution - les enfants juifs, en tant que français, vont à l'école laïque française9 où ils acquièrent une culture à la fois scientifique et littéraire dont l'immense majorité des enfants musulmans sont privés. Dans de telles conditions, très vite le clivage culturel entre Arabo-Berbères et Juifs va en s'accentuant. La culture arabo berbère, condamnée à la stagnation par absence de création et de transmission scolaire, se laisse distancer par la culture dont bénéficient désormais les Juifs. Au plan de son vécu, la vie sociale, jusque là présentait une hiérarchie au sommet de laquelle se situent les Français, suivis des Arabo-Berbères puis des Juifs. Désormais, il y a inversion des deux derniers termes de cette hiérarchie. Les Juifs précèdent les Arabo-Berbères10.



On peut voir dans la révolte du Bachagha Mokrani, qui éclate le 14 mars 1871, contre la France, l'une des manifestations algériennes s'opposant au nouveau statut des Juifs11.



Néanmoins, une cohabitation politique et culturelle positive



Il n'en reste pas moins que, malgré la révolution des hiérarchies, la cohabitation judéo arabo-berbère ne connaît toujours pas de conflits majeurs. Les liens économiques et surtout culturels entre les deux groupes résistent à toutes les tentatives de division12. On note, au plan politique, que, entre 1939 et 1942, sous le régime de Vichy, alors que les Arabo-Berbères auraient pu, dans une relative impunité, faire subir aux Juifs redevenus indigènes algériens donc privés des apports du droit français, toutes sortes de malversations et de sévices, rien de tel ne se produit. La coexistence entre les deux groupes se poursuit avec une sérénité persistante. Certes, phénomène courant dans toutes les sociétés pluriculturelles, des actes de nature raciste existe bien de part et d'autre, mais aucun conflit collectif grave n'éclate entre eux. Enfin, il semble que le décret Crémieux soit parvenu à "franciser" le corps social des Juifs algériens considéré dans son mode de vie, sans pourtant atteindre leur âme qui continue à vibrer à la même musique, aux mêmes équipes de football algériennes, à la même effervescence méditerranéenne faite à la fois de générosité et d'agressivité.



La déchirure historique des Juifs d'Algérie



De nos jours, quarante années après l'accession de l'Algérie à son indépendance, les Juifs d'Algérie émigrés en France vivent comme les Français, politiquement, juridiquement, matériellement. Mais se vivent-ils comme Français de la même façon qu'un Bourguignon, un Normand ou un Gascon ?



En premier lieu, il convient de rappeler que l'expression de pieds noirs ne peut être employée pour désigner les Juifs originaires d'Algérie. Les pieds noirs sont les descendants de tous les Européens – majoritairement français – qui, à partir de 1830, se sont installés en Algérie pour en faire une colonie de peuplement. Les Juifs, eux, sont présents dans le pays dès le II° ou III° siècle, donc bien avant les Français, les Turcs et les Arabes. Leur histoire n'est pas celle des pieds noirs.



Pourquoi les Juifs ont-ils majoritairement quitté l'Algérie - la plupart pour la France - lorsque le pays a accédé à son indépendance, en 1962 ? Nous l'avons déjà dit, leur situation était ambiguë : si de corps, de situation sociale, ils avaient épousé les normes françaises, leur âme, leurs us et coutumes, leurs affinités de vie les rattachent à l'Algérie. Mais, dès 1960, un problème se fait de première urgence en Algérie, celui de la sécurité des personnes. Les agissements de l'OAS13 créent un climat d'extrême tension où les exécutions sommaires deviennent monnaie courante pour tout Européen osant émettre une opinion autre que celle défendant "l'Algérie française". Un autre fait est déterminant en ce moment : l'exécution de Cheikh Raymond14, un chantre du malouf. Il semble que cet assassinat ait sonné comme le signal de départ des Juifs algériens.

C'est au plan sociologique que la déchirure des Juifs algériens émigrés en France apparaît avec le plus de clarté. J'ai pu moi-même mesurer, au hasard de conversations personnelles, à quel point est grand leur désir de revoir "la rue de la Révolution" d'Oran, "la Grande Poste" d'Alger, "la Brèche" de Constantine ou le "cours Bertagna" de Annaba. Les souvenirs qu'ils égrènent de ces lieux sont généralement douloureux, faits de scènes qui demeurent dans leur moi le plus intime. Mieux encore, il est très rare qu'un mariage ou une bar mitzva15 dans une famille juive originaire d'Algérie se déroule sans la présence d'un orchestre que l'on fait parfois venir d'Algérie même pour jouer des "airs du pays".



J'ai moi-même, ces dix dernières années, eu souvent l'occasion de me rendre en Algérie pour des raisons à la fois amicales et professionnelles. L'accueil que j'y ai reçu de la part de personnes de toutes catégories sociales a toujours été à la mesure d'une grande et totale convivialité voire amitié. Un fait est à souligner que j'ai pu vivre quotidiennement. Dans ce pays où la jeunesse fait près des ¾ de la population, une majorité de mes interlocuteurs n'ont connu ni les sévices de la colonisation ni les drames de la guerre d'indépendance. Entre eux et moi, les relations étaient celles d'une entre aide réelle et souvent chaleureuse. Aucune cause sérieuse de conflits !



Une de ces relations devenue un ami m'a, un jour, fait la remarque suivante : pourquoi ne demanderais-tu pas la double nationalité française et algérienne et, avec toi les Juifs originaires d'Algérie ? Ma réponse a été très nette : cela ne me dérangerait sûrement pas mais ne vaut-il pas mieux que les Juifs d'Algérie manifestent leur attachement à leur pays d'origine par des actes participant à sa progression sociale ? Et cette participation ne peut-elle se faire aussi bien de Paris que d'Alger, de Lyon que d'Oran, de Marseille que de Constantine ? L'écartèlement des Juifs originaires d'Algérie se transformerait, ainsi, en un lien nouveau entre Juifs et Arabo-Berbères, voire entre la France et l'Algérie.

Hubert Hannoun
Ancien professeur d'école normale à Constantine

Professeur des Universités d'Aix-Marseille 1 (France)



NOTES :

1 Voir : Ibn Khaldoun – Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale – Trad. Baron de Slane – Paris – Librairie orientaliste Paul Geuthner - 1927

2 On peut visiter actuellement près de Khenchela, ville des Aurès, dans l'est algérien, une très belle statue de plus de 3 mètres de hauteur, représentant La Kahena.

3 Nous comprenons dans cette période précédent la colonisation française durant laquelle les Turcs ont pris en mais la direction économique et politique du pays.

4 Je dois noter néanmoins les concordances des deux cultes telles que le monothéisme, la circoncision, le rejet de la viande de porc etc.

5 Deux commerçants juifs d'Algérie, Busnach et Bacri, avaient, en 1798, livré du blé à la France. En 1827, ils viennent réclamer le paiement de cette livraison au consul de France en présence du Dey d'Alger. Durant l'entretien, le Dey, prenant fait et cause pour les commerçants, assène un coup de son éventail au Consul.

6 Mon propre patronyme existe avec la même fréquence en milieu juif et en milieu berbère (Kabylie).

7 On peut citer, dans les motivations probables de la gauche française, le fait que les Juifs d'Algérie soumis à l'antisémitisme des cadres française d'Algérie voteraient en masse pour la gauche lors d'élections éventuelles.

8 Cette attitude se renouvellera entre 1939 et 1942, sous le régime de Vichy lorsque fut retiré aux Juifs d'Algérie la citoyenneté française. Le même courant réactionnaire se retrouve de part et d'autre.

9 Pratiquement la totalité des enfants d'origine juive sont scolarisés à l'école laïque française en 1960, alors que à peine 5% des enfants d'origine musulmanes le sont.

10 Un fait caractéristique, sur ce point, se situe au niveau de l'emploi des bonnes à tout faire au sein des familles : on note très souvent l'emploi de femmes arabo-berbères ou juives au sein de familles d'origine française, de femmes arabo-berbères au sein de familles françaises ou juives mais jamais de femmes d'origine française ou juive dans les familles arabo-berbères.

11 Sans préjuger des autres causes de ce soulèvement.

12 On ne peut manquer de signaler, ici, les émeutes antijuives du 5 août 1934 à Constantine et dans ses environs durant lesquelles 25 personnes juives furent massacrées par des Musulmans. Le fils d'une des victimes de ce massacre, Robert Attal, historien de son état, a pu reconstituer le déroulement de ce drame et démontrer qu'il a été sinon organisé du moins dûment fomenté par les autorités françaises antisémites locales. Lire sa publication : Les massacres de Constantine – 5 août 1934 – Paris – Ed. Romillat – 2000.

13 Organisation Armée Secrète, groupes de choc armés par l'extrême droite des européens d'Algérie.

14 Raymond Leyris, maître du chant judeo-andalou, qui est alors une figure emblématique de la musique constantinoise et qui est assassiné en plein quartier juif de Constantine en 1961. J'ai assisté à ses obsèques ; une foule énorme était présente composée d'autant de Juifs de d'Arabo-Berbères.

15 Bar Mitzva : cérémonie d'initiation du jeune juif de 13 ans à sa vie d'adulte.





tlemcani
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 18:16
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2008 1 21 /01 /janvier /2008 18:12

Partager cet article
Repost0