Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de myryam MAGHNIA
  • : blog MAGHNIA histoire photos actualités BD,mémoires, souvenirs ,pensées, réflexions poésie
  • Contact

Recherche

Catégories

Http://www.elkhabar.com/accuei

/ / /

3.3 L'indépendance

Lors du plébiscite du 11 février 1961, une partie du Cameroun britannique, le Northern Cameroons opta pour le rattachement à la fédération nigériane, tandis que le Southern Cameroons se prononça pour le rattachement au Cameroun français, formant alors la République fédérale du Cameroun. Le Cameroun français prit le français comme langue officielle; le Cameroun anglais choisit l'anglais.

Cependant, sous la présidence d'Ahmadou Ahidjo, le pouvoir central se renforça progressivement et Ahidjo imposa un régime autoritaire à parti unique. Le Sud bamiléké et chrétien fut au cœur d’une violente agitation contre le régime dominé par le président Ahmadou Ahidjo, un homme du Nord et un Peul musulman. En 1972, le président Ahidjo organisa un référendum qui abolissait le fédéralisme et constituait une république centralisée et divisée en 10 provinces administratives, au grand désespoir des anglophones (environ 20 % de la population). La République unie du Cameroun compta huit provinces de langue française et deux de langue anglaise (voir la carte). Les écoles des provinces «françaises» continuèrent d'enseigner le français, les provinces «anglaises», l'anglais. À la fin des années soixante-dix, un alphabet général des langues camerounaises fut adopté par les linguistes. 

En 1982, le président Ahidjo céda le pouvoir pour des raisons de santé à son premier ministre, Paul Biya, un chrétien du Sud d'origine béti, qui continua à régner de façon tout aussi autoritaire. En 1983, Biya a décidé de modifier au baccalauréat anglophone le GCE, le General Certificate of Education, en y incluant le français comme matière obligatoire, alors que l’anglais ne l'était pas pour le baccalauréat francophone. Cette décision présidentielle a déclenché une grève des étudiants anglophones qui brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire: «Le Cameroun dispose de deux cultures : non à l’assimilation!» Rien n'y fit!  En février 1984, le président Biya supprima par un simple règlement l’adjectif «unie» associé au nom du pays qui devint officiellement la République du Cameroun. Pour les responsables des mouvements anglophones, cette modification constitua une véritable attaque à leur égard, alors qu'ils réclamaient même la reconnaissance constitutionnelle de leur identité anglophone avec notamment le retour à la fédération. À la même époque, le gouvernement autorisa certaines écoles à enseigner des langues camerounaises titre expérimental. On comptait 11 écoles expérimentales en 1986.   alqués sur les dix provinces actuelles. Ces États devraient être officiellement unilingues (français ou anglais), le bilinguisme n'étant exigé que pour le gouvernement fédéral; il préconise également que la république du Cameroun soit rebaptisée République unie du Cameroun. Or, depuis une bonne décennie, les deux provinces anglophones sont bouclées par l'armée camerounaise, les francophones craignant que les anglophones ne «filent à l'anglaise». Plus que jamais, les anglophones de l’ancien condominium franco-anglais se considèrent comme des citoyens de seconde zone et réclament un Cameroun fédéral. Toutefois, le gouvernement de Paul Biya a préféré ignorer le problème, diviser les anglophones et accuser leur mouvement de rechercher la sécession de la région; le gouvernement prétendit que le maintien d'un État fédéral serait trop coûteux et encouragea les mouvements autonomistes sécessionnistes, assimilant fédéralisme et sécession. Évidemment, la guérilla déclenchée par les militants du SDF (Social Democratic Front) souleva beaucoup d'inquiétudes, car les drames libériens, rwandais ou somaliens sont restés encore frais dans les mémoires.

Le Cameroun est aujourd'hui un État

4 Un bilinguisme inégalitaire

L'article 1 (par. 3) de la Constitution de 1996 stipule que le français et l'anglais sont les deux langues officielles du pays:

Article 1

(3) The official languages of the, Republic of Cameroon shall be English and French, both languages having the same status. 

The State shall guarantee the promotion of bilingualism throughout the country. 

It shall endeavour to protect and promote national languages.

Article 1

(3) La République du Cameroun adopte l'anglais et le français comme langues officielles d'égale valeur.

L'État garantit la promotion du bilinguisme sur toute l'étendue du territoire.

Il oeuvre pour la protection et la promotion des langues nationales.

La politique linguistique du gouvernement camerounais est fondée sur les droits personnels reconnus seulement aux usagers du français ou de l'anglais. Toutefois, hormis quelques exceptions dans les institutions communes, ces droits ne sont applicables qu'en français dans la partie française et qu'en anglais dans la partie anglaise.

4.1    Les institutions communes

Dans les institutions communes deux régions linguistiques, c'est la formule des droits personnels qui prévaut et non plus la séparation des langues. Il s'agit généralement du Parlement (et du gouvernement), de l'université et de certaines cours de justice. 

Au Parlement, les députés s'expriment dans la langue de leur choix (français ou anglais), mais la loi du nombre fait que les délibérations se déroulent généralement en français. Toutefois, la Chambre dispose d'un système de traduction simultanée. Les lois sont adoptées et promulguées dans les deux langues officielles. Le document (signé par le président de la République) intitulé Instruction générale no 2 du 4 juin 1998 relative à l'organisation du travail gouvernemental énonce à l'article 23 ce qui suit: «Tout avant-projet de loi dans sa forme définitive doit être accompagné de son exposé des motifs, rédigé en français et en anglais [...].» L'article 31 de la Constitution déclare:

Article 31

1) The President of the Republic shall enact laws passed by Parliament within 15 (fifteen) days of their being forwarded to him unless he requests a second reading or refers the matter to the Constitutional Council. 

2) Upon the expiry of this deadline, and after establishing the failure of the President of the Republic to act, the President of the National Assembly may himself enact the law.
 

3) Laws shall be published in the Official Gazette of the Republic in English and French.

Article 31

1) Le président de la République promulgue les lois adoptées par le Parlement dans un délai de quinze (15) jours à compter de leur transmission s'il ne formule aucune demande de seconde lecture ou s'il n'en saisit le Conseil constitutionnel.

2) À l'issue de ce délai, et après avoir constaté sa carence, le président de l'Assemblée nationale peut se substituer au président de la République.

3) La publication des lois est effectuée au Journal officiel de la République en français et en anglais.

Quant à l'article 69, il reconnaît le bilinguisme de la Constitution:

Article 69

This law shall be registered and published in the Official Gazette of the Republic of Cameroon in English and French and implemented as the Constitution of the Republic of Cameroon.

Article 69

La présente Constitution sera enregistrée et publiée au Journal officiel de la République du Cameroun en français et en anglais. Elle sera exécutée comme Constitution de la république du Cameroun.

Afin de respecter un certain bilinguisme, le gouvernement est lui-même constitué de ministres francophones et anglophones, musulmans et chrétiens, provenant si possible de chacune des dix provinces. Mais les ministres francophones ne sont pas toujours bilingues, contrairement aux ministres anglophones.

Le domaine de la justice subit un traitement assez particulier. Les deux provinces anglaises ne fonctionnent qu'en anglais et se réfèrent au droit privé de tradition britannique. Dans le reste du pays, c'est le droit civil français et la langue française qui sont de rigueur. Lorsqu'un Camerounais ignore l'une des deux langues officielles, le juge permet l'utilisation de la langue maternelle et exige un traducteur. Les cours supérieures sont bilingues.

La loi n°005 du 16 avril 2001 portant orientation de l'enseignement supérieur régit le système éducatif à l'université. L'article 5 déclare:

Article 5

L'État consacre le bilinguisme au niveau de l'enseignement supérieur comme facteur d'unité et d'intégration nationales.

Quant à l'article 6, il prévoit au paragraphe 1 la promotion du bilinguisme:

Article 6

La mission fondamentale de l'enseignement supérieur, définie à l'article 2 ci-dessus, vise les objectifs suivants : [...]

- la promotion du bilinguisme.

En principe, dans les universités, les étudiants reçoivent leur instruction en français ou en anglais, selon la langue que le professeur maîtrise le mieux. Ceux et celles qui maîtrisent les deux langues (la minorité des étudiants) sont avantagés. Les autres s'installent, le temps d'un cours, à côté d'un «anglo» ou d'un «franco» pour recopier ensuite les notes de celui-ci. Dans la pratique, le français reste prédominant dans la plupart des universités.

4.2    L'Administration

Il n'existe pas de loi concernant la langue de l'Administration au Cameroun. Toutefois, l'article 38 de l'Instruction générale no 2 du 4 juin 1998 relative à l'organisation du travail gouvernemental précise ce qui suit: 

Article 38

Notre Constitution stipule que le Cameroun est un pays bilingue, qui adopte l’anglais et le français comme langues officielles d’égale valeur et qui garantit la promotion du bilinguisme sur toute l’étendue de son territoire. À cet égard, il n’est pas inutile de rappeler que le premier ministre, les membres du gouvernement et les responsables des Pouvoirs publics à tous les niveaux sont tenus d’œuvrer au développement du bilinguisme. Le secrétaire général de la présidence de la République est spécialement chargé de la promotion du bilinguisme. À ce titre, il conçoit et élabore la politique du bilinguisme sur le plan national; il veille et contrôle la qualité linguistique des actes pris par les Pouvoirs publics. En cas de nécessité, il propose au chef de l’État toute mesure tendant à améliorer l’usage de nos langues officielles et à développer le bilinguisme dans le pays.

La capitale du Cameroun, Yaoundé, est restée essentiellement française. Les Camerounais qui viennent des provinces anglaises pour y travailler ne peuvent s'y faire comprendre en parlant anglais. Dans l'Administration gouvernementale de Yaoundé, le français occupe une place prépondérante: les bilingues sont rares, même si le bilinguisme fait partie des critères d'embauche des fonctionnaires. Le bilinguisme institutionnel est plus visible sur les formulaires administratifs. Dans l'armée, seul le français est admis. Les anglophones et pidginophones doivent donc devenir bilingues.

Dans l'Administration régionale, l'anglais est utilisé couramment dans les provinces du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Cependant, les fonctionnaires anglophones sont désavantagés s'ils ne connaissent pas le français parce qu'il leur sera impossible de poursuivre leur carrière après quelques années de service; il en est de même pour les policiers. Les anglophones ne peuvent recourir à des services dans leur langue à l'échelle du pays, alors que les francophones peuvent éventuellement le faire dans la partie anglophone.

4.3    L'éducation primaire et secondaire

Dans le domaine de l'éducation primaire et secondaire, les langues nationales ne sont pas interdites, mais tous les Camerounais qui s'instruisent sont assurés de recevoir un enseignement en français ou en anglais (selon la zone linguistique), du primaire à la fin du secondaire. L'enseignement de l'autre langue devient obligatoire en sixième année du primaire. 

C'est la loi n° 98/004 du 14 avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun, qui régit le système éducatif et le régime des langues. L'article 7 de cette loi stipule ce qui suit: 

Article 7

L’État garantit à tous l’égalité de chances d’accès à l’éducation sans discrimination de sexe, d’opinions politique, philosophique et religieuse, d’origine sociale, culturelle, linguistique ou géographique.

Quant à l'article 3, il énonce que «l’État consacre le bilinguisme à tous les niveaux d’enseignement comme facteur d’unité et d’intégration nationales». L'article 15 précise qu'il existe deux systèmes éducatifs, l'un en français, l'autre en anglais: 

Article 15

1) Le système éducatif est organisé en deux sous-systèmes, l’un anglophone, l’autre francophone, par lesquels est réaffirmée l’option nationale du biculturalisme.

2) Les sous-systèmes éducatifs susévoqués coexistent en conservant chacun sa spécificité dans les méthodes d’évaluation et les certifications.

Malgré les efforts du ministère de l'Éducation pour propager le bilinguisme chez les enfants, les résultats paraissent plutôt modestes, particulièrement chez les francophones. L'enseignement de l'anglais pour ces derniers reste très scolaire, car ils ne trouvent à peu près personne à qui parler anglais. «On nous embête avec l'anglais», disent beaucoup d'élèves.

L'article 16 de la loi n° 98/004 du 14 avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun est consacré au système anglophone:

Article 16

1) Le sous-système anglophone est organisé en cycles et filières ainsi qu’il suit : l’enseignement maternel d’une durée de deux ans ; l’enseignement primaire d’une durée de six ans ; l’enseignement secondaire d’une durée de sept ans; l’enseignement post-primaire d’une durée de deux ans; l’enseignement normal d’une durée de deux à trois ans.

2) L’enseign

3) En plus de l’enseignement général, une formation pratique est offerte aux élèves dans les collèges et lycées professionnels, selon leur orientation.

ement secondaire comprend: un premier cycle de cinq ans ayant un sous-cycle d’observation en tronc commun de deux ans et un sous-cycle d’orientation de trois ans ans d’enseignement général et technique; un second cycle de deux ans d’enseignement général ou d’enseignement technique. 

Pour le système francophone (art. 17):

Article 17

1) Le sous-système francophone est organisé en cycles et filières ainsi qu’il suit : l’enseignement maternel d’une durée de deux ans; l’enseignement primaire d’une durée de six ans; l’enseignement secondaire d’une durée de sept ans; l’enseignement post-primaire d’une durée de deux ans; l’enseignement normal d’une durée de deux à trois ans.

2) L’enseignement secondaire comprend : un premier cycle de cinq ans ayant un sous-cycle d’observation en tronc commun de deux ans et un sous-cycle d’orientation de trois ans d’enseignement général ou technique; un second cycle de deux ans d’enseignement général ou d’enseignement technique.

3) En plus de l’enseignement général, une formation pratique est offerte aux élèves dans les collèges et lycées professionnels, selon leur orientation.

La structure particulière de chaque système s'établit comme suit:

1) le système francophone comprend :

- un enseignement maternel: trois classes (petite, moyenne et grande sections);

Les élèves terminant le CM2 (cours moyen de 2e année) doivent présenter le Certificat d'études primaires élémentaires (CEPE) et le concours d'entrée en 6e pour pouvoir accéder en 6e (sauf dérogation).

2) le système anglophone comprend:

- une «nursery school» : deux classes (class 1 - class 2);

À la fin de la «primary school», et pour pouvoir passer en 6e les élèves doivent présenter le «Ordinary Level Certificate» (diplôme équivalent au CEPE du système francophone) et le concours d'entrée au secondaire.

Le français reste aujourd'hui le support principal du système éducatif, avec 77 % de scolarisés dans le primaire, 57 % dans le secondaire et 3 % dans le supérieur (en 1996). Cela dit, le système éducatif connaît des ratés, car le taux d'analphabétisme demeure assez élevé au Cameroun, mais inégal il est vrai. Dans certaines régions du pays, surtout au nord, l’analphabétisme est devenu un problème majeur. Les taux d’analphabétisme les plus élevés du pays se trouvent dans les provinces de l’Extrême-Nord, l’Adamaoua et le Nord, avec respectivement pour les hommes 36,2 %, 32,4 % et 28,9 %, contre 72,4 %, 66,6 % et 61,1 % pour les femmes. Les provinces du Centre, du Littoral, de l’Ouest et le Sud restent les plus alphabétisées tant en ce a trait aux femmes et aux hommes avec des taux très au-dessus de la moyenne nationale. 

L'analphabétisme toucherait davantage les femmes en raison de la grande pauvreté des parents, les coûts directs de scolarité élevés, la forte demande de la main d’œuvre féminine pour les travaux agricoles et ménagers, la perception négative de l’éducation des filles et des femmes en général, la précocité des mariages et des grossesses, la fausse interprétation des principes religieux, le bas degré d’instruction des parents, etc. Ajoutons aussi que la part relative des dépenses publiques consacrées à l'enseignement primaire aurait régressé continuellement (de l'ordre de 5 % annuellement) depuis une décennie, surtout dans les régions périphériques comme le Nord. Souvent, les parents dans certains régions rurales doivent défrayer le salaire des enseignants, tandis qu'il n'est pas rare de voir s'entasser plus de 120 élèves dans une classe (la norme nationale étant de 60 élèves/classe), notamment dans les zones rurales. Bref, certains observateurs affirment que la qualité de l'enseignement s'est tellement détériorée qu'elle remet en question l'enseignement dans les écoles du Cameroun.  

4.4    Les médias

- enseignement primaire: sept classes; - une «primary school» : 7 classes (class 1 - class 7)

Du côté des médias, Radio-Yaoundé diffuse treize heures par jours en français et sept heures en anglais; des flashes d'information sont diffusés dans les deux langues au début de chaque heure. Il existe une dizaine de stations régionales. À l'échelle du pays, on estime que 69 % des émissions sont en français, contre 31 % en anglais. Presque toutes les émissions sont produites au Cameroun. La station National, une radio généraliste, émet sur la bande FM de deux à cinq heures des émissions à travers tout le Cameroun en langue française (60 %) et anglaise (40 %). Deux radios FM, soit FM 94 à Yaoundé et FM 105 à Douala, diffusent en français et en anglais dans ces deux villes des émissions à vocation musicale et commerciale. Quelques radios étrangères diffusent des émissions: Radio France Internationale, La Voix de l'Amérique, la BBC, la Voix de l'Allemagne, Radio Canada Internationale, Radio Nederland, etc. De son côté, la CRTV, la seule chaîne de télévision nationale, diffuse depuis Yaoundé des émissions en français et en anglais.

Le journal national bilingue, Cameroun-Tribune, paraît tous les jours en français, mais une seule fois par semaine en anglais. La presse privée compte une cinquantaine de titres, dont quelques-uns en anglais. 

5 La place des langues nationales

Même si dans la société camerounaise, les langues nationales sont très répandues, on ne peut s’adresser à toute la société dans une de ces langues. Pour s’adresser au Cameroun tout entier ainsi qu’à l’Afrique francophone, le français s’impose comme étant la langue que la majorité des gens comprennent. Par ailleurs, le choix d’une langue nationale provoque généralement une attitude de rejet de la part des autres, alors que le français reste relativement neutre.

Deux articles font allusion aux langues camerounaises dans la loi n° 98/004 du 14 avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun. D'abord, l'article 5  prévoit cette disposition:

Article 5

Au titre de la mission générale définie à l’article 4 ci-dessus, l’éducation a pour objectifs :

[...]

4) la promotion des langues nationales ;

Puis l'article 11 déclare: 

Article 11

1) L’État assure l’élaboration et la mise en oeuvre de la politique de L’éducation à laquelle concourent les collectivités territoriales décentralisées, les familles ainsi que les institutions publiques et privées.

À cette fin, il [...] veille à l’adaptation permanente du système éducatif aux réalités économiques et socio-culturelles nationales ainsi qu’à l’environnement international, particulièrement en ce qui concerne la promotion des enseignements scientifiques et technologiques, du bilinguisme et l’enseignement des langues nationales;

Évidemment, l'enseignement des langues nationales est resté à l'état embryonnaire. De toute façon, il n'existe aucun programme officiel et les manuels dans ces langues sont inexistants. Le bilinguisme institutionnel du Cameroun ne laisse aucune place aux langues nationales; l'individu qui ne parle que sa langue maternelle est prisonnier dans son propre pays. En dehors du village, point de salut! Pour savoir le français ou l'anglais, il faut fréquenter l'école. Or, le taux d'analphabétisme frôle généralement les 40 %.

En cas de force majeure, il faut bien que les fonctionnaires aient recours à quelques-unes des langues nationales. L'usage prévalant dans les cours de justice se perpétue nécessairement au sein de divers services municipaux. Comme les langues nationales ne sont pas écrites, on ne peut les employer ni dans les missives ou messages adressés aux citoyens ni dans la presse écrite. 

Les langues nationale sont cependant employées (tolérées?) à la radio: huit heures quarante minutes hebdomadaires pour 28 langues. Au plan provincial, de 20 % à 25 % des émissions sont diffusées dans les langues nationales camerounaises, le reste étant en français, puis en anglais. 

Bref, aucune des langues camerounaises n'est utilisée dans l'Administration, la presse écrite, la publicité, la télévision nationale, ni dans l'enseignement officiel, pas même dans les campagnes d'alphabétisation financées par l'État. Il n'est pas étonnant que l'emploi des langues nationales reculent d'année en année et régressent devant le rouleau compresseur du français. Selon des études universitaires, les adultes francophones déclarent qu'en famille ils utilisent la langue maternelle dans 52 % des situations évoquées, contre 42% de temps d'utilisation du français. Les jeunes de 10 à 17 ans interrogés dans les mêmes familles affirment qu'ils utilisent le français à 70 % dans les mêmes situations de communication familiale. 

Parallèlement, le gouvernement camerounais ne finance plus la recherche sur les langues locales depuis 1990. Il n'existe aucun organisme gouvernemental chargé de la protection et de la promotion des langues nationales, ce qui est contraire à l'article 1 (par. 3) de la Constitution et aux articles 5 et 11 de la loi n° 98/004 du 14 avril 1998 d’orientation de l’éducation au Cameroun. Cette partie de la loi destinée à promouvoir «le bilinguisme et l'enseignement des langues nationales» n'a jamais été mise en vigueur. À ce rythme, on peut penser que la politique linguistique visant la promotion des langues camerounaises prendra sûrement quelques décennies à se réaliser. À ce moment-là, la plupart de ces langues auront disparu, d'autant plus que la politique est uniquement orientée vers l'enseignement comme une fin en soi et ne prévoit aucun objectif de développement socio-économique relié à ces langues. 

Devant l'indifférence de l'État à l'égard des langues camerounaises, la revanche des citoyens se traduit par l'utilisation du pidgin-english, langue de communication plus populaire que le français et l'anglais réunis, particulièrement dans tout le Sud-Ouest ainsi qu'à Yaoundé. C'est la langue camerounaise de tout le monde, celle qu'on utilise au marché, à l'église, chez le médecin, au commissariat de police et dans les conseils d'administration de la capitale. Certains politiciens n'hésitent même plus à s'adresser en pidgin-english à leurs électeurs potentiels et la radio d'État y a recours dans les situations d'urgence. Bien qu'il soit interdit officiellement et détesté par plusieurs, cet «anglais de brousse» semble un «mal nécessaire» dans ce pays où règne un multilinguisme omniprésent.

Le bilinguisme institutionnel du Cameroun se veut égalitaire quand il s'agit des symboles de l'État (timbres, billets de banque, Parlement, rédaction des lois), mais il ne peut prétendre l'être sur le plan des services. Il ne dispense pas non plus la «minorité officielle» de la connaissance du français. Les anglophones doivent en effet faire beaucoup plus d'efforts pour parler et écrire le français que ne le font les francophones pour l'anglais. Le Cameroun demeure le seul État bilingue (français-anglais) au monde où l'anglais recule devant le français. Mais il est improbable que l'anglais, en raison de son importance stratégique sur le plan international, finisse par être complètement évincé par le français.

Au plan des langues nationales, la politique du Cameroun est embryonnaire et déjà dépassée. Beaucoup de Camerounais sont convaincus que leur gouvernement ignore délibérément les langues nationales et impose le français aux dépens de l'anglais pour des raisons politiques, en l'occurrence l'unification nationale

En général, les émissions en langues nationales servent à la diffusion des messages gouvernementaux aux masses illettrées. Quelques stations émettent en pidgin-english, surtout dans les émissions d'information, d'éducation sanitaire ou agricole. La chanson en langue autochtone diffusée à la radio connaît beaucoup de succès dans tout le pays. Il n'y a aucune émission en langues nationales à la télévision.«moyen» en Afrique et ses légères avancées en démocratie montrent qu'il y a encore  beaucoup de chemin à parcourir, et ce, d'autant plus que la corruption du pouvoir demeure une gangrène difficile à faire disparaître. Cependant, sa situation géographique au centre du continent, son bilinguisme anglais-français et son niveau de développement lui donnent un poids relativement important en Afrique.

En 1990, le gouvernement refusa de légaliser un parti anglophone, le Front démocratique social (ou Social Democratic Front, le SDF), ce qui eut pour résultat de provoquer des manifestations dans le Nord-Ouest du pays. Le SDF transforma la région anglophone en véritable foyer de rébellion ouverte en organisant plusieurs confrontations avec le pouvoir, en particulier pendant l’opération «villes mortes» de 1991. Depuis cette ép

Beaucoup de nationalistes anglophones estiment que l'État unitaire créé en 1972 est illégal parce qu'il aurait été en violation avec la Constitution fédérale du 1er septembre 1961. Les anglophones croient que le seul moyen approprié de réparer les torts infligés au «Cameroun anglophone» est le retour à la forme d'un gouvernement fédéral qui prenne en compte la dualité culturelle du Cameroun. Pour sa part, le Conservative Republican Party (CRP) propose une fédération de dix États c

oque, le mouvement sécessionniste anglophone, le Southern Cameroon National Council (SCNC), représentant les 6,2 millions d'habitants des deux provinces anglaises, militent pour obtenir un référendum sur la question de leur droit à l'autodétermination. Évidemment, cette démarche a débouché sur un «climat politique hostile» et «des intimidations pratiquées par le régime répressif de Yaoundé». Certains observateurs croient que ce sont les régimes répressifs d'Ahidjo et de Biya qui auraient poussé les ressortissants du Cameroun oriental dans «une logique de rupture».
Partager cette page
Repost0